Aujourd’hui « Détails au plafond » – 28 novembre

Episodes précédents : 1234

Mardi, drôle de zèbres

Papa avait l’air content de ne plus avoir sa tête de train.
« Une tête de Zèbre, c’est plus sympa pour un aiguilleur du ciel. Au moins aujourd’hui personne ne plaisantera sur la capacité d’une locomotive à faire atterrir des avions !»
Maman, elle, s’est regardée dans la glace de la salle de bain et elle avait l’air un peu cha(t)grinée. Il faut dire que son animal préféré est le chat : « dommage je me serais bien vue avec une tête de chat toute la journée, j’aurai eu une excuse pour les quelques coups de griffes que je donne de temps en temps au salon. »
Là, je fais une deuxième parenthèse : ma maman s’appelle Laurence et elle est coiffeuse dans un salon « hommes, femmes, enfants ». J’aimerais bien être une petite souris aujourd’hui pour voir ce qui va se passer dans son salon de coiffure : cela va être un défilé digne de la Galerie de l’évolution.
Après le petit déjeuner, nos parents ont décidé de nous emmener tous les deux à l’école : cela n’arrive pas souvent, mais là Papa et Maman étaient curieux de voir la tête des autres parents de mes copains.
Ma soeur est partie devant. Elle caracole souvent en tête quand on va à l’école : si un matin, elle n’a plus sa tête de grande soeur, je pense qu’elle aura une tête de Ponette. Moi aussi j’adore les poneys ; lors des dernières vacances j’ai fait un grand tour sur un poney qui s’appelait Chocopic.
Devant l’école, heureusement qu’il y avait les enfants avec leur tête de d’habitude sinon je n’aurai jamais reconnu les parents. (car les mamans étaient toutes venues)
Gaël tenait la main d’un monsieur avec une tête de cigale et d’une maman fourmi, Kevin parlait avec des papa et maman têtes de mules, Andréa faisait semblant de pleurer dans les bras d’un crocodile, Elisa souriait à une carpe et à un lapin. Barnabé, mon meilleur copain, a une famille Loup-phoque.
Les parents des copines de ma soeur étaient là mais je n’ai pas reconnu tout le monde non plus : il y avait des parents qui avaient la même tête et d’autres qui étaient très bizarres. Par exemple les parents de Zoé, avec leurs têtes de chien et chat, osaient à peine se parler alors que d’habitude ils se disputent tout le temps.
Delphine, la maîtresse des petits, est venue chercher ses élèves et les a emmenés sous son aile : je l’ai bien reconnue, Delphine, car elle est rousse comme la petite poule qu’elle avait à la place de la tête.
Marinette était une taupe charmante avec ses grandes lunettes rouges et Mr Marcel avait comme je m’y attentais une tête de Papillon. Il faut dire que c’est son expression préférée « Minute papillon », à Monsieur Marcel, quand tous les élèves de la classe demandent une chose différente en même temps.

Les parents sont ensuite tous partis à leur travail et nous, nous sommes retournés à nos moutons : enfin je veux dire que nous sommes entrés en classe écouter la suite de l’histoire d’un petit bonhomme blond, qui a pour copain un renard et qui cherche quelqu’un pour lui dessiner des moutons, mais je ne me rappelle plus le titre, parce que je regardais les détails au plafond.

Le soir, j’avais hâte de rentrer à la maison pour écouter les histoires de travail de papa et maman.

;

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots :560 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

Publicités