Etoiles – Simonette Greggio

Les maisons en pierre blonde du pays étaient dispersées entre les collines, dans une nature encore si peu domestiquée que les touristes, pourtant abondants dans la région, évitaient le village. Les Parisiens s’arrêtaient dans des auberges de luxe où les souris, les araignées et autres serpents n’avaient pas droit de cité. Or, à Bijoux, il n’y avait qu’une taverne dit « De la vieille louve », un endroit mirifique et lugubre encastré entre deux falaises noires très hautes, et une charmante bastide fichée entre des champs de lavande, dont la patronne aimait les animaux à tel point qu’il y avait cinq chats, autant de chiens, des chevaux et des brebis. Et mon Dieu, il n’y avait pas un Parisien pour rattraper l’autre, ils étaient tous allergiques à au moins l’une de ces bêtes.

;

Étoiles – Simonetta Greggio

2 réflexions au sujet de « Etoiles – Simonette Greggio »

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s