D’acier – Sylvia Avallone

dacier

Dès le premier chapitre le malaise est présent et va grandissant : Un homme regarde des ados à la jumelle. Une brune et une blonde jouent au volley en bikini sur la plage.  Plus tard,  on apprend que cet homme est le père de la blonde, Francesca.

Et cela devient alors franchement glauque (mais formidablement bien écrit) ce père qui refuse de voir sa fille grandir, ce père qui n’a de père que le nom…..

Les filles sont complices et font plaisir à voir, innocentes et perverses à la fois. Une des deux mères est comme effacée (battue), l’autre militante et amoureuse d’un voyou.

Entre Anna et Franscesca, 14 ans, c’est leur dernier été insouciant et en symbiose (si on peut dire), presque jumelles jusqu’au jour où Anna rencontre Mattéa plus âgé.
En parallèle de l’amitié délurée des deux filles, on suit aussi la vie d’Alessio, le frère d’Anna. A 23 ans, il a déjà travaillé 7 ans dans l’aciérie voisine, il complète son maigre revenu en trempant dans des histoires louches de drogue et de petits larcins.

Au début,  j’ai cru que ce livre se déroulait en Italie dans les années 60 :  le côté terriblement dur du travail, la misère, l’inertie des services sociaux et d’un médecin indifférent aux bleus qui recouvrent une adolescente … Et bien non l’action se passe au début des années 2000 et cela fait un peu peur… Des adolescentes borderline et attachantes, des jeunes adultes abrutis de travail et de drogues, des adultes maltraitants, dépassés  ou indifférents…. C’est l’Italie des années 2000 ? On doit aussi trouver cela en France dans certains quartiers….

L’écriture est un vrai coup de poing d’une jeune italienne (25 ans à la sortie de ce livre) qui a remporté le prix prix Campiello Opera Prima.

/

Un extrait :

Ca veut dire quoi, grandir dans un ensemble de quatre barres d’immeubles d’où tombent des morceaux de balcon et d’amiante, dans une cour où les enfants jouent à côté des jeunes qui dealent et des vieilles qui puent? Quel genre d’idée tu te fais de la vie, dans un endroit où il est normal de na pas partir en vacances, de ne pas aller au cinéma, de ne rien savoir du monde, de ne pas feuilleter les journaux, de ne pas lire de livre, où la question ne se pose même pas ?

.

L’avis  de Jean Charles

Challenge à tout prix d’Asphodèle (prix Campiello Opera Prima 2010)
Challenge Top 50 chez Claire pour un livre dont l’auteur a moins de 30 ans
Challenge « mois Italien » Chez Eimelle

challenge top 50 logo-challenge-c3a0-tous-prix

Venise grand canal italie

Publicités

27 réflexions au sujet de « D’acier – Sylvia Avallone »

  1. J’ai vraiment aimé ce livre tellement »vrai » et les personnages nous prennent à la gorge et on aurait envie de les aider à se sortir de leurs sordides situations.

  2. Hello Valentyne
    Merci pour ton billet de lecture. J’irai voir ce qu’en pensent les autres.
    Dans le cadre de mon Club de lecture, j’ai commencé ce livre et j’ai du mal. Je n’accroche pas trop. Quelles vies ont certains, en effet, dans ce 21e siècle…
    Comme tu le penses, ces bleus aux corps et aux âmes doivent fleurir dans certains de nos quartiers urbains. On a peine à imaginer jusqu’où peut mener la misère et donc la détresse de notre Société…
    Bonne semaine et gros bisous

  3. Moi j’ai bien aimé lire ce livre un peu chaud… Le même livre écrit par un homme aurait été catalogué.
    Les ados ont le feu au c… c’est le moins qu’on puisse dire mais c’est le mal du siècle. Sexe, drogue et alcool font un ménage détonnant.
    Je trouve qu’elle a une aussi jolie description du mal du siècle.
    Bises.

  4. Une brune et une blonde jouant au volley en bikini sur la plage, il ne m’en faut pas plus pour noter ce bouquin dans un coin de ma tête. Forcément, un livre qui démarre sur un tel synopsis mérite que l’on s’y attarde un peu plus, et tourner les pages des doigts brûlants de connaître la suite…

  5. Quand grandir dans la perversité ambiante ne peut conduire qu’à la perversion.
    Avec toute la lourde et grave responsabilité de dénoncer et mettre sur la place publique.
    Rien de simple que d’une part la construction d’une déviance et son traitement.
    C’est un sujet extrêmement délicat qui est abordé dans ce livre.

  6. Ping : Bilan Lecture 2015 | La jument verte

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s