Aujourd’hui « ligne d’horizon » – 27 septembre

Ce matin, j’ai vu un article sur Babelio. Il fallait donner la définition de notre mot préféré, piochée dans le Petit Robert.
Comme on est dimanche, que je n’ai pas de petit Robert et que la bibliothèque est fermée, j’ai pris mon Larousse. Tout de suite, j’ai eu le vertige : comment choisir un mot alors qu’il y en a 60 000 dans ce Larousse sans compter les 28 000 noms propres et les 2 800 illustrations ? Heureusement Mr Queneau m’a aidé en me soufflant « ligne d’horizon ».

À horizon j’ai trouvé sept définitions dont la première me plait beaucoup :
« Ligne imaginaire circulaire dont l’observateur est le centre et où le ciel et la terre ou la mer semblent de rejoindre. »

Horizon mériterait d’avoir une entrée dans les noms propres : il y a un poney dans le centre équestre près de la maison qui s’appelle Horizon.
Quand on me dit Horizon, je revois ma fille à 8 ans qui saute de joie quand je dis : et si on allait faire un tour d’Horizon ?

horizon

/

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : OK

2. pas plus de 100 mots : 164 mots

3. éléments réels de la journée : OK

4. suivre la consigne de la date : OK

:

S’il vous reste un peu de temps (c’est dimanche) je vous invite à aller lire ce poème d’Henri Michaux chez Moglug il s’intitule « Quand les motocyclettes rentrent à l’horizon »

Publicités

23 réflexions au sujet de « Aujourd’hui « ligne d’horizon » – 27 septembre »

  1. Le dictionnaire est une mine de renseignements, mais pas seulement.
    Une belle façon aussi de voyager.
    Merci pour ton horizon, Valentyne.
    Passe une douce journée.

    • Coucou Domicano 🙂
      Un poème pour toi :

      Le front aux vitres comme font les veilleurs de chagrin
      Ciel dont j’ai dépassé la nuit
      Plaines toutes petites dans mes mains ouvertes
      Dans leur double horizon inerte indifférent
      Le front aux vitres comme font les veilleurs de chagrin
      Je te cherche par-delà l’attente
      Par-delà moi-même
      Et je ne sais plus tant je t’aime
      Lequel de nous deux est absent.
      (L’Amour, la Poésie)
      Paul Eluard

      Oh et demain le sujet est « derrière la vitre » ….

  2. Tu n’as peut-être pas de petit Robert mais tu as le petit Raymond ! Et tu lui rends hommage tous les jours ! Il fait partie de notre horizon maintenant, on ne peut plus s’empêcher de penser à lui quotidiennement !
    À demain donc ! Bisous

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s