Saint Inventaire et Sainte Goulache – Aujourd’hui Cheveux -13 juin

Aujourd’hui je vais vous faire une confidence, je compte sur vous pour ne raconter cette histoire à personne.
J’étais tranquillement assise sous le lilas du jardin quand soudain j’entendis une voix. Enfin deux …..
 .
– Tu y vas toi à la fête nationale du Ponukele le 11 Gidouille ? disait une voix rauque.
Étant un peu sourde, j’ai entendu Ponukele ou Ponykele et j’ai tendu l’oreille : peut-être un pays voisin de la Ponylésie. Je suis  toujours curieuse de découvrir de nouveaux pays … Surtout s’il y a des poneys à la clef des champs !
;
Les lutins étaient grands comme trois pommes à genoux.  Il y avait un lutin mâle et une (un ?) en jupe (à mi-chemin entre madras et écossais et quelques poils au jambes, donc je ne suis pas sûre )
;
 – Oui, j’y vais bien sûr.  C’est bientôt et je dois préparer un discours en l’honneur de Talou VII l’empereur du Ponukele, et là, j’ai LE syndrome. De la page blanche, du trou noir, de la peur bleue ….bref j’ai pas d’idée….Le thème est C A I L L O U ! !
;
– Raconte moi cela Inventaire ! dit la gnomesse.
 ;
– Vois-tu Goulache, j’ai déjà tout écrit sur le Ponukele , ce n’est pas à toi que je vais apprendre l’origine du nom de ce beau pays : Ponukélé en pataphysique avec  Ponu = poney et Kele = caillou : l’île Caillou des Poneys)
J’ai déjà chanté, déclamé toutes ces merveilles : Ses montagnes, ses rivières, ses saints dont nous faisons partie, toi Sainte Goulache et moi St Inventaire.
;
Talou veut que j’écrive une ode à ce tas  de caillou qui représente notre archipel !
Mais être poète ne se déclare pas, je suis à sec …comme les graviers de la rivière du Ponukele.
– Et si on invitait des stars ?
 ;
– Des étoiles ? Où tu crois que l’on va en trouver, sous le sabot d’un cheval ?
 :
– Non mais ….. écoute mes propositions au moins ….Bob Dylan « like a rolling stone »
 ;
– Trop vieux Dylan ! ça ne va pas motiver les foules, ni Talou VII !
 :
– Elvis et le roc du bagne ?
 ;
– T’as écouté ce que j’ai dit sur Dylan, l’est encore plus vieux l’Elvis !
 :
– Alors, Roch Voisine pour le Roch du bagne à Saint-Hélène, je pourrais faire Napoléon et …..
 ;
– Toi Napoléon ?  et pourquoi pas Mona Lisa ma pauvre Goulache !  Non, ma carrière est fichue. Talou VII va me jeter la première pierre et je vais être déchu de mes fonctions de poète ….plus que 12 jours avant le discours….
 :
– et Johnny Halliday avec sa chanson « je te promets, on fait bien des grands feux en frottant des cailloux » ?
;
;– Des Jeunes !!!! j’ai dit
 :
– Stone et Charden ?
 :
– Dis, Goulache, tu le fais exprès avec ton inventaire à la noix ? źont au moins 100 ans ces deux-là !
 ;
– La rockeuse de diamant ?  elle a les cheveux gris, Catherine Lara, mais elle fait pas son âge, non ?
 :
– Non mon cas est désespéré ….Je vais accrocher une pierre à mon cou et aller me noyer ….Zut la rivière est à sec….
 /
– Ne désespère pas, Inventaire, j’ai vu à l’affiche un film où les héros sont des cailloux : cela s’intitule « the story of the 7 petits cailloux « ? J’ai lu une interview chez un certain Graindesabledansunencrier. Le metteur en scène est un certain Caillouxparesseux (un pseudo sûrement !!)
 /
– Nom d’une pierre blanche , il faut m’en dire plus !
– Ben y’a Brad Pitt dans le rôle du marbre, Chuck Norris solide comme un roc, Scarlett J. dans le rôle du diamant éternel.
 .
– Scarlett cette belle plante dans un rôle de diamant ? Un rôle taillé à sa mesure !
Mouais peut être : tu crois qu’ils voudront venir au Ponukele tes acteurs de pacotille? Parce qu’avec de telles pointures, l’ardoise va être lourde !
 .
– Sûre ! Brad Pitt a eu une révélation métaphysique sur l’île de Pâques : tu lui dit « caillou » et il accourt ! Foie de Goulache !
Il paraît même qu’après ce film on pourrait avoir une suite : « Anguille sous roche » et « Baleine sous caillou »
– Et à part Brad Pitt, Scarlett J. et Chuk ? Y’a qui d’autres comme cailloux ?
 .
– Rubis de Niro, Pacino, Eastwood, Bruce Willis…..
;
 .
Je n’ai pas entendu la fin de la discussion des compères. Je suis allée illico presto préparer mon sac pour le Ponukele …. Parce que Bruce Willis, il a beau ne pas avoir un cheveu sur le caillou, c’est mon idole ….
 ;
;
Dernier jour pour le concours agenda ironique
 :
366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO (commencé hier fini aujourd’hui) 2. pas plus de 100 mots : 695 mots 3. éléments réels de la journée : KO 4. suivre la consigne de la date : OK  (le Cheveu  arrive  sur le fil caillou de Bruce, un peu comme un cheveu non pas sur la soupe mais, comme on dit au Ponukele, comme un cheveu sur la Goulache)

Publicités

Aujourd’hui « une confidence » – 12 Juin

– Maman je peux te dire quelque chose?
– Oui mon Tichat.
– Tu sais dans quel ordre mes amoureuses ont dit que j’étais leur amoureux ?
– Non dis moi.
– Il y a d’abord Cyrille, puis Louna puis Anne-Virginie.
– Et toi qu’elle est ton amoureuse en premier ?
–  J’hésite entre les trois … Ou peut être Camille …
 ;
Je n’ai raconté cette confidence à personne, d’ailleurs j’ai changé les prénoms.
/

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : OK

2. pas plus de 100 mots : 63 mots

3. éléments réels de la journée : OK

4. suivre la consigne de la date : OK

Aujourd’hui  » Si je portais des lunettes roses, j’écrirais « – 11 juin

Ce soir, j’aurais aimé avoir des lunettes roses (avec le verre rose pas la monture).
Comme cela je n’aurai pas vu que les chaussettes blanches de ma fille, qui sortaient de la machine à laver (les chaussettes, pas ma fille), avaient fait amies-ami avec le tee-shirt rouge de mon fils.

Comme je n’ai pas de lunettes roses, j’ai tout vu … et rien écrit.

Moralité : le tri des enfants tu vérifieras, sinon le moral dans les chaussettes tu auras .

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : OK

2. pas plus de 100 mots : 78 mots

3. éléments réels de la journée : OK

4. suivre la consigne de la date : OK

 

PS : je me demande si ce délit perpétré par ma machine à laver n’est pas une vengeance de Frigor ….

 

Le coeur est un chasseur solitaire – Carson McCullers

Patterson le conduisit au manège. Les chevaux de bois semblaient fantastiques à la lueur du couchant, immobilisés dans la position du galop, la tête traversée par une barre d’or ternie. Le cheval qui se trouvait devant Jake avait sa croupe sale fendue et ses yeux aveugles saillaient de leurs orbites à la peinture écaillée. Le manège immobile donna à Jake l’impression d’un rêve d’ivrogne.
« Je veux un mécanicien capable de faire marcher ça et de l’entretenir en bon état, dit Patterson.
–  Je peux le faire très bien.
– Il y a double travail. Vous êtes responsable de toute la représentation. Vous aurez à vous occuper des moteurs et à maintenir l’ordre dans la foule. Vous ne laisserez entrer personne sans billet. Vous regarderez si les billets qu’on vous présente ne sont pas de vieux billets de dancing. Tout le monde veut monter sur ces chevaux et vous serez renversé de voir tous les moyens dont se servent les nègres quand ils n’ont pas le sou. Il vous faudra ouvrir trois yeux en même temps. »
Patterson le conduisit à la machinerie située à l’intérieur du manège et lui expliqua le fonctionnement. Il souleva un levier et une grêle musique se fit entendre. La cavalcade de bois qui les entourait semblait les séparer du reste du monde. Quand les chevaux s’arrêtèrent, Jake posa quelques questions et fit manoeuvrer le mécanisme.

Le coeur est un chasseur solitaire – Carson McCullers

 

citation

Le jeudi c’est citation  : Une idée de Chiffonnette

« D’aujourd’hui, j’oublierais certainement demain que » – 10 juin

Début ici, Episode 2, Episode 3Episode 4 , Episode 5, Episode 6, Episode 7, Episode 8, Episode 9

/

Neuvième semaine :

D’aujourd’hui, je n’oublierais certainement pas demain que Borrrris a commandé le frigo connecté dont il parlait il y a quelques jours.

Le compte à rebours a commencé. Il l’aura cherché, Boris, j’ai trouvé son point faible, c’est la mayonnaise. Solveig n’en mange jamais (rapport à ses hanches qu’elle trouve trop larges et son allergie aux coquillages, parce que, comme chacun sait, le meilleur dans les coquillages, c’est la mayonnaise ! ). J’ai tout potassé pour ne pas me faire prendre comme cette bêtasse de Thérèse Desquouroux…. Salmonelle, mon amie, déploie tes « dix puissance cinq bactéries » dans la mayonnaise  et sauve moi : la vengeance est un plat qui se mange froid !! je veux bien patienter…. trois jours !!

F I N

.

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots : 127 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

N’oubliez pas de participer au jeu-concours avec les explications ici

le grand gagnant (ou gagnante)  sera dévoilé d’ici peu 🙂 le 15 juin …

vous pouvez proposez un titre jusqu’au 12 juin 🙂

Aujourd’hui « une petite lumière » – 9 juin

Début ici, Episode 2, Episode 3Episode 4 , Episode 5, Episode 6, Episode 7, Episode 8

.

Huitième semaine : Boris a dit que j’étais poussif et que maintenant il existait des frigos  » connectés » qui peuvent faire une liste de ce qui manque (margarine, œufs…. ) et même passer la commande sur Internet ! Entre nous deux, la guerre froide est déclarée ! Je sens le vent tourner, je crois que je vais finir comme Tosh, dans une école primaire, voire pire complètement désossé ou servir de meuble range-CD ……j’oscille entre deux extrèmes, parfois j’ai froid dans le dos, je grelotte et d’autre fois, je bous comme une cafetière Nespresso qui rencontre Georges Clowney pour la première fois….le grand écart …..Je suis proche du burn-out je crois….Quand je pense qu’il y a seulement quelques jours, j’étais content de voir que ma petite lumière se rallumait grâce à Borrrris ….

.

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots : 128 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

N’oubliez pas de participer au jeu-concours avec les explications ici

Aujourd’hui « je n’ai rien dit quand » – 8 juin

Début ici, Episode 2, Episode 3Episode 4 , Episode 5, Episode 6, Episode 7

.‎

Septième semaine : Boris a dit que le Toshiba n’était pas assez rapide et ils sont rentrés un jour avec un Apple dernier cri. Je le regrette un peu, le Tosh, ses histoires de Japon, de suhis et de soleil levant. Un jour, Solveig est rentrée avec le nouveau et n’a plus mentionné mon ami Tosh. Il me manque, je déprime…mais je n’ai rien dit…
La salade que Boris fait pousser dans mon for intérieur me monte un peu à la tête et me rend étrange ! Pas dans mon assiette….

.

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots : OK (85 mots)

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

N’oubliez pas de participer au jeu-concours avec les explications ici

Aujourd’hui « orgueil de » – 7 juin

Début ici, Episode 2, Episode 3Episode 4 , Episode 5, Episode 6 ‎

;

Sixième semaine : son beau brun s’installe, le chaud lapin qui répond au nom de Borrrris…. Il est de plus en plus sûr de lui, un brin en terrain conquis, l’orgueilleux …..cela ne me gêne pas : le clic-clac fait deux places et puis il est érudit, Boris, j’apprends des choses. L’idylle continue entre les tourtereaux. Boris a réparé un de mes contacts et maintenant je m’allume quand la porte s’ouvre, cela ne m’était plus arrivé depuis dix ans…il n’était pas très bricoleur mon précédent proprio !

Par contre, garder le froid pour ces deux là est un peu au dessus de mes forces, tellement leurs nuits sont chaudes….j’écris moins par semaine, mais je m’instruis….

Comme disait ma grand-mère, (une armoire normande) : « L’orgueil précède la chute »

.

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots : 123 mots)

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

N’oubliez pas de participer au jeu-concours avec les explications ici

Oona et Salinger – Frédéric Beigbeder

La guerre moderne remonte vite au Moyen Âge, ils auraient du nous laisser des sabres comme aux Japonais. Cette guerre de bagarres a le mérite d’être à échelle humaine, tu connais la tête du mec que tu trucides, elle est à dix centimètres de la tienne, elle t’insulte dans la langue de Goethe :  tu ne l’oublieras jamais, surtout quand il a dix-huit ans et qu’il appelle sa « Mutti ». C’est comme une danse, allongés l’un sur l’autre, avec des cris pour se donner du courage, un combat de gladiateurs dans un cirque antique nommé poche de Cherbourg. Sur ce style de corps à corps, les Français entraînés au rugby s’en tiraient mieux que les autres. Ils avaient l’habitude d’enfoncer leurs doigts dans les orbites oculaires de l’adversaire et de leur casser les tibias ou les coudes. L’ennemi qui a affaire aux rugbymen du Sud-Ouest finit handicapé, jambes et bras inutilisables, des troncs gémissants démantibulés qu’il faut évacuer sur des civières. Du nettoyage propre, sans morts et sans gâcher une seule munition. Sauf si l’on considère qu’une grosse pierre tirée d’un muret et écrasée de toute force pour fendre en deux le crâne d’un Allemand à terre est une munition de granit.
Et deux jours après, on traversait des villages éventrés, des villes rasées par nos avions et nos chars, et les Français nous remerciaient de ne plus avoir de toits, malgré les vaches mortes dans les prés, aux yeux couverts de mouches, et l’odeur des chevaux décomposés et des cadavres gonflés.
Et on recommençait à manger de la terre. Ce n’est pas une image : dans le bocage normand, les obus de panzers soulevaient la terre, littéralement, et quand elle retombait, tu la respirais, tu la mâchais et tu avalais un steak de terre. J’ai bouffé une bonne partie de la Normandie. La France a le goût de cendres et de poussière, avec un léger fond de bouse de vache, mais surtout de silex cassé (les obus brisent les pierres et ça sent le caillou fendu, on reçoit une pluie de caillasses sur le dos, on se fait lapider !). Sauf quand il pleut : alors la France sent la boue froide, la pluie rend la guerre molle, une pluie de fer sous l’eau, et le ciel en fusion déverse sur nos dos un océan de métal. Les bombes, c’est simple : quand tu entends le sifflement, il faut plonger et attendre l’explosion. Si tu n’es pas réduit en bouillie, surtout ne pas relever la tête après le boum :  il y a les éclats qui volent pendant encore deux secondes. Je suis fatigué mais impossible de fermer l’oeil sans perdre la vie. Si tu dors, t’es mort !
La probabilité que je m’en sorte diminue chaque jour. Tu devrais miser ma date de naissance au loto : pour l’instant, je suis verni.
Ton fan, Jérôme.
.
.
Oona et Salinger – Frédéric Beigbeder
citation

Aujourd’hui « un jeu » – 6 juin

Début ici, Episode 2, Episode 3Episode 4 , Episode 5

;

Cinquième semaine : Boris le bellâtre a fait une conférence sur l’ « effet frigo » : là, vous pensez bien que j’ai dressé l’oreille mais en fait il ne parlait pas de moi mais d’une nouveauté inventée par une firme dénommée Apple (franchement un nom de pomme pour un ordinateur, vous le croyez ? ). Je cite Boris de mémoire :  » Effet FRRRigo : nom donné à la capacité développée parrr Apple pour ses orrrrdinateurrrs porrrtables consistant à fairrre en sorrrte que leur ouverrrture prrrrovoque leurrr sorrrtie instantanée du mode veille, rrrappelant en soi l’ouverrrrturrre d’un rrrréfrigérrrrrateurrr. »
En vrai, Boris, c’est un geek, il est toujours à acheter la dernière innovation, le dernier JEU à la mode. Il a acheté, par exemple, le Cookéo de chez Moulinex, où il y a juste à mettre les ingrédients à mettre dans un grand bol, verrouiller le couvercle, lancer le programmateur via le smartphone et hop une heure après le repas est prêt, sans avoir eu besoin de touiller, faire revenir, ou faire réduire les ingrédients.
Il pense faire un curry de crevettes la semaine prochaine, mais Solveig lui a fait remarquer que les crevettes, c’est niet pour elle (elle fait des progrès en russe, Solveig). Boris qui a réponse à tout lui a promis un curry de poulet pour elle et un curry de crevette pour lui ….avec le Cookeo relié à son téléphone au nom de pomme, c’est tellement simple qu’il peut faire des portions individuelles….
Du coup pour moi c’est double travail et double charge à refroidir , mais point me chaut, j’assume et garde mon sang froid…

.

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots : KO (260 mots)

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

N’oubliez pas de participer au jeu-concours avec les explications ici