Aujourd’hui « Réflexe » – 18 juin

En anglais, réflexe se dit reflex.Oui, c’est ma semaine anglaise (Maisie is at home) : une façon pour moi de gérer ma frustration de ne pas pouvoir participer au mois anglais. (Too much work).
 /
Reflex ! Séquence souvenir avec DuranDuran et son reflex … Ils ont écrit une chanson rien que pour moi :
 ;
 » You’ve gone too far this time « 
“Tu es allé trop loin cette fois”
 .
But I’m dancing on your valentine
Mais je danse sur ta petite amie
 .
I tell you somebody’s fooling around
Je te dis que quelqu’un est en train de faire l’idiot
 .
With my chances on the dangerline
Avec mes risques sur la limite
 .
I’ll cross that bridge when I find it
Je traverserai ce pont quand je le trouverai
 .
Another day to make my stand
Pour faire face à moi-même un autre jour
 .
High time is no time for deciding
Il est grand temps mais ce n’est pas le moment de décider
 .
If I should find a helping hand
Si je dois trouver une main tendue pour m’aider
 .
Et aussi
I’m on a ride and I wanna get off
Je suis monté dessus et je veux descendre
 .
But they won’t slow down the roundabout
Mais ils ne veulent pas ralentir le manège
 .
Mon réflexe est de dégainer à tout bout de chant mon téléphone 🙂 … Et de fredonner

et pour écouter Duran-Duran c’est ici

.

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : OK

2. pas plus de 100 mots : 264 mots (mais beaucoup copiés-collés)

3. éléments réels de la journée : OK

4. suivre la consigne de la date : OK

Publicités

Dalva – Jim Harrison

Bon Dieu, ai-je pensé, je me suis égaré sur leurs terres et ils vont me pendre haut et court ! La horde assourdissante s’est arrêtée en cercle autour de moi : un mélange de cow-boys et de fermiers en salopette. Un type énorme a sauté de son cheval et m’a soulevé comme une grosse plume pour m’installer derrière la selle d’un autre cavalier. Il m’a dit qu’ils avaient tous pensé « que je m’étais fait planter par un crotale », idée à laquelle une nausée m’a saisi. Personne ne m’avait prévenu qu’il y avait des serpents à sonnettes dans la région.

La ferme était celle de Naomi ; ne me voyant pas revenir au bout d’un moment, elle avait improvisé une battue pour me retrouver. Dans sa cour il y avait d’autres hommes appuyés contre des camionnettes ou des véhicules quatre roues motrices. Certains buvaient de la bière. Le gros type m’a fit descendre de cheval et m’a propulsé entre les bras de Naomi.
– Bière, j’ai croassé, et l’on m’a tendu une boîte glacée ouverte, que j’ai engloutie en une seule goulée avant qu’on m’en donne une autre.
Frieda, qui elle aussi était là, m’a demandé – assez mal à propos selon moi- où était la veste qu’elle m’avait prêtée. Je me suis senti dans l’obligation d’adresser un discours de remerciements à cette foule, mais ma voix tremblait trop, si bien que Naomi a pris la parole à ma place. Puis elle m’a emmené vers la maison, et je n’ai pu m’empêcher de saluer avec force gestes de la main et hochements de tête, ce qui a provoqué des applaudissements unanimes.
Naomi m’a fait couler un bain, puis préparé un cocktail géant. Allongé dans la baignoire, j’ai imaginé Dalva jeune fille dans cette même baignoire après une journée passée à galoper à travers la campagne. Cette image a provoqué une érection, laquelle a disparu au seul souvenir de mon horrible aventure, qui je le savais, amuserait beaucoup cette garce de Dalva. Au lycée, j’avais travaillé comme serveur au country club local qui, en plus du terrain de golf habituel, incluait une écurie, un manège pour les reprises et un parcours de saut en extérieur. J’avais remarqué à l’époque que l’équitation avait un effet bénéfique sur le postérieur des jeunes filles habillées en cavalières comme si les rebonds sur la selle et le frottement du cuir accordaient à leur croupe des proportions harmonieuses et rendaient leurs cuisses souples et musclées. (p 174)

.

Dalva – Jim Harrison