Aurélien – Aragon

aurelien

Lecture commune avec Soène

Paris 1922 – Aurélien a survécu à la Grande Guerre. Il est rentier à Paris et traîne son mal de vivre dans les soirées parisiennes branchées. Un jour, chez son ami Edmond Barbentane, ancien combattant comme lui, il rencontre la cousine de celui-ci, Bérénice. Il la trouve laide tout d’abord avant de tomber passionnément amoureux d’elle. Au début, celle ci l’ignore (elle est mariée) puis se laisse séduire, le rencontre (en tout bien tout honneur) chez Zamora, le peintre qui fait son portrait. Mais il semblerait que le destin veuille les séparer…..
Autour d’eux une galerie de personnages aux sentiments passionnées et troubles : Blanchette, la femme d’Edmond, est en même temps amoureuse de son mari, qui la trompe abondamment, et d’Aurélien. Edmond, qui a épousé sa femme pour son argent, a un jeu encore plus pervers : il encourage l’attirance entre Aurélien et Bérénice : dans quel but ? faire souffrir sa femme ? avoir le champ libre pour vivre avec sa maîtresse, une actrice ?

Paul, un jeune poète d’une vingtaine d’années, est tour à tour amoureux de Mary puis de Bérénice. Et que dire enfin de Bérénice, qui s’est mariée en croyant aimer son époux, qui découvre l’amour (platonique) avec Aurélien et l’amour « physique » avec Paul. Bérénice  ne pardonnera pas à Aurélien un « écart » de conduite.

Bérénice, marquée par l’abandon de sa mère quand elle avait huit ans, saura-t-elle reconnaître l’amour d’Aurélien ?
Que de passions avouées et inavouées dans ce pavé (570 pages écrit petit dans ma version) ?

.
Aragon nous brosse le portrait d’une génération survivante de la guerre 14 -18, et qui veut vivre pleinement. Le Paris de ces années fourmillent de peintres, de poètes et d’écrivains dans une farandole qui laisse admiratif et aussi un peu triste (que de rencontres manquées et d’amours contrariées). La poésie d’Aragon m’a charmée et je me souviendrai longtemps des yeux de Bérénice si différents ouverts et fermés mais toujours si vivants.

.
un extrait :

.
Le fait est qu’Aurélien aimait peu qu’on lui parlât de la guerre et qu’il craignait la faconde de ceux qui l’avaient faite comme la curiosité malsaine des autres. Il n’aurait pas su expliquer la conséquence logique de ces choses, mais la politique de l’après-guerre l’ennuyait à peu près de la même façon. Il n’avait pas répondu aux invites des sociétés d’anciens de ses régiments. Sollicité par plusieurs associations, il n’était entré dans aucune. Il promenait avec lui, et pour lui seul, sa guerre, comme une plaie secrète. Il savait très mal ce qui se passait, les élections, les ministères. Il ne lisait jamais cela dans les journaux, y préférant le sport, les drames. Il écoutait distraitement ce qu’on lui en disait, et deux ou trois mots qui lui étaient tombés des lèvres alors, trahissant son ignorance, l’avaient fait classer par ses amis comme un homme de droite. Bon, va pour la droite. Toi qui es un homme de droite….Aurélien qui est de droite…
Il ne se remettait pas de cette longue maladie. Il n’arrivait pas à faire le point de ses pensées ; il ne trouvait pas l’emploi de son énergie ; plus exactement, il ne savait pas vouloir. Curieux effet d’un état violent qui semble l’école du courage et de la résolution virile. Mais le soldat ne décide pas par lui-même ou il ne décide que dans le cadre d’une action qui lui est imposée. Aurélien se disait que la guerre n’avait pas dû jeter tout le monde dans cette irrésolution, et il en accusait sa nature. Il ne savait pas qu’il participait d’un mal très répandu.

;

Filons chez Soène pour avoir son avis

;

Challenge Top 50 chez Claire dans la catégorie « livre de plus de 500 pages »

challenge top 50

Publicités

16 réflexions au sujet de « Aurélien – Aragon »

  1. Hello Valentyne
    Tu as su résumer cette belle histoire à la perfection.
    On y retrouve l’essentiel.
    J’ai un peu flippé pour faire cette LC avec toi, me suis pressée dans ma lecture 😉 et suis prête pour une autre aventure littéraire 😆
    Gros bisous

  2. Je viens de lire le billet de Soene ! et bien vous avez l’air d’avoir apprécié ! Et vous nous donnez bien envie de découvrir ce côté de l’atlantique à cette date. pour l’instant je suis de l’autre côté (Fitzgerald toujours) mais lorsque j’aurai fini je pense que je vais venir Flaner dans paris 1922 !
    Bises

  3. Un des plus beaux livres de la Terre après Narcisse et Goldmund, Le lys dans la vallée, Aral.
    Tu as dû te régaler! 🙂

  4. Pour moi cette lecture (scolaire) est si ancienne qu’il ne m’en reste que des bribes, mais j’en avais gardé un souvenir magnifique ce qui fait que j’ai à la fois, envie de le relire et en même temps, je crains un peu de ne pas retrouver ce qui m’avait tant éblouie ! Billets complémentaires avec Soène… une belle LC ! 😀 Bises et re-bonnes vacances ! 🙂

    • Coucou Asphodèle 🙂
      Oui une belle LC
      Je relis peu (ma dernière relecture : le désert des tartares suite à un conseil d’Edualc : j’avais détesté cette lecture scolaire et adulte, j’y ai trouvé de grandes qualités …. )
      Bisessss

  5. Encore un livre qui est dans ma PAL depuis des années. Mais la réputation de l’auteur m’a toujours fait hésiter à m’embarquer dans l’aventure de sa lecture. Vous avez piqué ma curiosité. Peut-être les vacances d’été m’offriront-elles l’opportunité d’enfin m’y mettre ?

  6. Je ne pensais pas qu’il y eut autant de personnages et de passions croisées et surtout autant de pages écrites aussi petit 😀 😀 mais j’ai toujours envie d’essayer de le lire…alors un jour je vais le faire. Bises Val !

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s