Le mur invisible – Marlen Haushofer

mur invisibleLecture commune avec Edualc 😉

;
Un roman post apocalyptique où tout est calme et réflexion. Je ne pensais pas que cela existait.

Par le fait du hasard, la narratrice se retrouve seule dans un chalet de montagne en Autriche. Pendant la nuit, un mur invisible est dressé autour de la campagne où elle était sensée passé un week-end avec sa cousine et son mari Hugo.
En se rapprochant du mur, Marlen (j’appelle l’héroïne Marlen comme l’auteur bien que celle ci ne donne pas son prénom) aperçoit dans le lointain une figure humaine pétrifiée : un homme, mort, solidifié par un mal étrange. Tous les animaux sont morts à l’extérieur du mur. Seuls les êtres de SON côté du mur sont vivants. Elle, le chien et bientôt vache, chats, chevreuils…..
Marlen a décidé d’essayer de survivre. Elle est accompagnée de Lynx son chien, puis de Bella, de Tigre, une arche de Noé dont elle est la seule humaine.

,

Grelottante dans mon lit, j’envisageai toutes les possibilités qui me restaient. Je pouvais me tuer ou chercher à creuser un passage sur le mur ce qui n’était sans doute qu’une façon plus pénible d’arriver au même résultat. Et, bien entendu, je pouvais aussi rester ici et essayer de survivre.
Je n’étais plus assez jeune pour envisager sérieusement le suicide. C’était surtout la pensée de Lynx et de Bella qui me retenait et aussi une sorte de curiosité. Le mur posait une énigme et j’ai toujours été incapable d’abandonner une énigme dont je n’ai pas trouvé la solution. Grâce à la prévoyance de Hugo, je possédais quelques provisions qui suffiraient pour passer l’été, une maison, du bois pour toute une vie, une vache qui était elle aussi une énigme non résolue et qui attendait peut-être un veau . ( p 47)

?

Pendant deux ans, Marlen nous invite à la suivre dans sa métamorphose. Métamorphose physique car elle doit apprendre à cultiver, à couper du bois, à faire les foins, toutes activités dont elle ne savait presque rien car elle vivait auparavant en ville.
Et aussi métamorphose psychique …d’abord l’espoir que les « gagnants » de cette guerre bactériologique qu’elle suppute viennent la sauver et puis ensuite l’acceptation de son sort de dernière survivante.
J’ai beaucoup aimé la pugnacité de cette femme, son courage de tenter de vivre pour les animaux qui dépendent d’elle. Elle se met à écrire pour relater son expérience même si elle ne sera jamais lue par autre qu’elle même, l’écriture pour ne pas sombrer dans la folie.

.

Ici, dans la forêt, je me trouve enfin à la place qui me convient. Je n’en veux plus aux fabricants d’autos, ils ont depuis longtemps perdu tout intérêt. Mais comme ils m’ont torturée avec des choses qui me répugnaient ! je n’avais que cette petite vie et ils ne m’ont pas laissée vivre en paix. Maintenant que les hommes n’existent plus, les conduites de gaz, les centrales électriques et les oléoducs montrent leur vrai visage lamentable. On en avait fait des dieux au lieu de s’en servir comme objets d’usage. Moi aussi je possède un objet de ce genre au milieu de la forêt : la Mercedes noire de Hugo. Quand nous sommes arrivés avec, elle était presque neuve. Aujourd’hui, recouverte d’herbe, elle sert de nids aux souris et aux oiseaux. Quand la clématite fleurit au mois de juin, elle devient très belle et se met à ressembler à un gigantesque bouquet de mariée. Elle est belle aussi en hiver lorsqu’elle est brillante de givre ou se couronne d’une coiffe blanche.
Au printemps et à l’automne, je distingue entre les tiges brunes le jaune passé de ses coussins jonchés de feuilles de hêtre, mêlées à des petits morceaux de caoutchouc mousse et de crin, arraché et déchiqueté par des dents minuscules. La Mercedes d’Hugo est devenue un foyer confortable, chaud et abrité du vent. On devrait placer des voitures dans les forêts, elles font de bons nichoirs. Sur les routes, à travers tout le pays, il doit y en avoir des milliers recouvertes de lierre, d’orties et de buissons. Mais celle-là sont entièrement vide et sans habitants. (P 258)

;

En conclusion : malgré quelques passages tristes, je n’aurais jamais pensé qu’un roman sur la fin du monde puisse être si doux et loin d’un fracas assourdissant. Ecrit en 1963, il me parait toujours d’actualité, en terme de réflexion sur la place qu’a l’homme dans son environnement.

;
Livre déniché chez Moglug 

La bande annonce du film :

https://m.youtube.com/watch?v=gh8_i9o9UVg

Challenge tour du monde pour l’Autriche et Challenge à tous prix chez Asphodèle (prix Arthur Schniztler -1963)

et Challenge Top50 chez Claire dans la catégorie « livre traduit en français »)

logo-challenge-c3a0-tous-prixchallenge autour du mondechallenge top 50

Publicités

27 réflexions au sujet de « Le mur invisible – Marlen Haushofer »

  1. Hello Val. Nous sommes d’accord sur l’essentiel et avons tous deux eu l’idée du film. J’aime beaucoup l’extrait sur la Mercedes. Et tu as eu raiosn d’insister sur l’écriture dont elle s’empare. A très bientôt et bises et quand tu veux, c’est toi qui choisis.

  2. C’est un livre qui a sa place dans ma petite bibliothèque de livres marquants!! Est-ce vraiment une histoire de la fin du monde ou l’histoire de quelqu’un qui est trop différente des autres pour s’intégrer au milieu de ses semblables et décide de s’en éloigner? Je choisis la deuxième solution.

  3. Je suis contente qu’il t’ait plus ! Le film est aussi très beau.
    C’est assez perturbant que tu aies choisis de nommer la narratrice dans cet article… ça me déstabilise complètement. Dans le roman,il n’y a plus personne pour nommer justement, et la femme en question fait table rase de son passé et de tout ce qui forgeait son identité justement. Tiens, d’ailleurs je n’avais pas vu le roman sous l’angle de la question identitaire au moment de sa lecture, mais c’est aussi un point important finalement…
    Miguel Couffon le traducteur a écrit un livre sur l’oeuvre de Marlen Haushofer… je ne l’ai pas encore lu mais tu me redonnes envie de replonger dans cet univers si particulier et propre à son auteur.

    • Bonsoir Moglug 🙂
      Désolée si ce prénom t’a perturbée …
      Moi, j’ai cru d’un bout à l’autre à cette histoire et à ce que pense cette femme ( une sorte d’immersion) et du coup je n’envisageais pas d’autre prénom ….
      Bonne soirée 🙂

      • Ah mais ne soit surtout pas désolée ! Justement, je trouve ça hyper intéressant, ce sont deux manières différentes d’approcher le personnage. Je trouve ça assez fort de vouloir le nommer alors qu’il ne l’est pas, et je me surprends à en être surprise^^ En fait, j’ai eu la sensation que tout ce qui relevait de l’ego de cette femme disparaissait un peu plus à chaque page, jusqu’à ce qu’elle en oublie son propre nom… mais en même temps elle écrit et elle a cet instinct de survie qui la pousse très loin, c’est aussi une sacrée personnalité !!

        • Le fait qu’elle se sente « responsable » des animaux avec elle explique en partie cette volonté de survie …
          Pour le nom,c’est une chose importante pour moi dans un livre et quand le narrateur n’est pas nommé , je lui trouve un surnom ou utilise le prénom de l’auteur …
          Bonne journée 🙂

  4. Il a l’air génial! Merci. ❤
    En revanche, dans l'extrait, je crois qu'il y a une faute qui est passée entre les mailles de l'éditeur: "Ils ne m'ont pas laisséE vivre", ne manquerait-il pas l'accord avec le COD "me"? 😦

  5. Cette idée de mur invisible est très fréquemment utilisée en SF. Parmi les plus connus : « Le village des damnés » (vieux film) et « Dôme » ( de Stephen King).
    C’est un thème fécond.

  6. Ping : Bilan Lecture 2015 | La jument verte

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s