Petit cheval, Maram Al-Masri

jeudi-poesie

Asphodèle nous a fait découvrir Maram AL-Masri ici

 

 

Petit Cheval, Maram Al-Masri,

Sur une étagère poussiéreuse
Avec plein d’autres objets abandonnés
Un petit cheval me regarde
Comme s’il me demandait de le prendre dans mes bras
Mais que faire de lui ?
J ai haussé mes épaules
Et je suis partie en galopant
.
2
Le temps passe sur
l’étagère de la boutique du monde
et les poussières aussi
Un hennissement sort du capharnaüm
Le cheval que j’ai vu jadis
est toujours là ;
Il m’attend, me suis-je dit
Comment le décevoir
Il est cher pour ma bourse et je n’ai pas de place
Mais cette fois en partant
nous avons galopé ensemble
3
Bras dessus bras dessous
J’ai amené un cheval dans mon royaume
Je l’ai bien astiqué pour lui ôter sa solitude
Et ses peurs
Sur sa patte gauche une blessure
Et dans le cœur un trou
J’ai remarqué combien le temps l’avait mal traité
J’ai bien soigné ses bobos
Qui t’a fait ça ?
Il a baissé les yeux et a commencé
à se balancer
Chez moi tu seras roi, lui ai-je promis
et près du lit je l’ai fait dormir
je ne voulais pas lui donner de mauvaises habitudes
comme on fait avec les hommes, les chiens et les chats
j’étais obligée
4
Ce matin, mon cheval me demande de sortir
il me dit que ma chambre
est tout petite pour galoper
il a besoin des champs
des montagnes
des arbres
de l’odeur de la liberté

Ô petit cheval de bois
fais comme moi
rêve!
.
5
arrête de me regarder
avec tes yeux doux !
dois-je croire que tu me vois ? arrête de me parler
je ne comprends pas la langue des chevaux
arrête de me donner des coup de pieds
tu veux peut-être
que je t’embrasse ? Ô ! petit cheval de bois
penses-tu que mon baiser
te transformera
en prince ? cheval de bois?
ton visage pourtant
me sourit .
.Maram Al Masri
Poème déniché ici (une vidéo de cette poétesse en bas de la poésie sur ce site)
carrington-self-portrait-white-horse-inn-1936
Leonora Carrington – Autoportrait au cheval blanc – 1936 

 

Publicités

14 réflexions au sujet de « Petit cheval, Maram Al-Masri »

  1. Ping : ON N’EST PAS SÉRIEUX QUAND ON A DIX-SEPT ANS ou La poésie du jeudi avec Rimbaud ! | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  2. Contente que tu aies retenu le nom de cette poétesse ! Et c’est bien aussi quand elle n’écrit pas sur la Syrie ! Encore un galop presque immobile avec ce cheval de bois très symbolique ! Ton illustration est parfaite ! 😉 Bises, Val.

  3. Ping : La poésie du jeudi avec Charles Baudelaire | Les mots de la fin

    • Je ne sais pas interpréter ce que le tableau de Leonora Carrington signifie mais j’ai tout de suite pensé à lui en lisant le poème
      Oui je pense que c’est une hyène …
      Il faudrait lire peut être Freud pour interpréter ce tableau …
      Bonne soirée Claudialucia 🙂

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s