Aujourd’hui féminité – 8 mars

Féminité et écriture ?
Telle a été ma question ce matin, en lisant la consigne.
 .
Je voulais rendre un femmage (hommage au féminin ?) à mes écrivaines préférées.
 .
Babelio me dit que sur les  83 livres auquel j’ai mis 5 étoiles,  seulement 11 ont été écrits par une femme.
 .
Louisa May Alcott – Les 4 filles du docteur March
Harper Lee – Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur
Anne Hébert – Les fous de bassans
Françoise Chandernagor – L’allée du roi
Herta  Muller – Animal du cœur
Sylvie Overnoy – Journal du cheval Crac
Dominique Maynard – Le ciel des chevaux
Frédérique Deghelt – La vie d’une autre
Fred Vargas – L’homme à l’envers
Margaret Mitchell – Autant en emporte le vent
Carson Mc Cullers – Le cœur est un chasseur solitaire
Mary O’Hara – Mon amie Flicka
Colleen Mc Cullough – Les oiseaux se cachent pour mourir
 .
Je me demande si cela reflète le pourcentage de livres écrits par les hommes et les femmes.
;
 ;
Je n’ai pas fait l’exercice avec les livres auxquels j’ai mis 4 étoiles (340 livres) mais parmi les auteures marquantes il y a : Agota Kristof, JK Rowlings, Sylvia Plath, Sylvie Germain, Marie Laberge, Delphine de Vigan, Justine Lévy, Michèle Lesbre, Yoko  Ogawa, Andrée Chedid, Élisabeth George…….
 .
.
366 réels à prise rapide (les règles sont ici)
1. écrire sur le vif : OK
2. pas plus de 100 mots : 190 mots
3. éléments réels de la journée : OK
4. suivre la consigne de la date : OK

L’homme de la montagne – Joyce Maynard

homme montagne

J’ai beaucoup aimé suivre l’histoire de Rachel et de sa soeur Patty, respectivement 13 et 11 ans. En Californie, à la fin des années 70, l’été se traîne en longueur et les deux filles s’ennuient. Leur mère s’occupe très peu d’elles et reste cloîtrée dans sa chambre depuis que son mari est parti pour une autre femme. Leur père est inspecteur de police et est chargé de l’enquête autour d’un tueur en série (sur un an, on entendra parler d’une quinzaine de meurtres, de jeunes femmes).
Le but de ce livre n’est pas de suivre l’enquête mais de donner le ressenti d’une fille de 13 ans, plus une enfant mais pas tout à fait adolescente. Les deux filles sont très pauvres, elles ont du mal à se trouver des amis dans un monde où tout n’est qu’apparences et où il faut être à la mode. Rachel, au prix de mensonges éhontés, arrivera à se faire une bande d’amis….pour peu de temps…
Ce qui m’a énormément plu, c’est le ton de Rachel pour expliquer sa vie, ses désirs, sa complicité avec sa soeur. A la fois délurées et touchantes, ces deux filles inventent, s’amusent, restent soudées et parfois essaient d’aider leur père.
Les relations père- fille sont bien traduites. Tant d’attentes d’un regard de celui -ci, tant d’amour et si peu de recul (normal à treize ans).

;
Rachel raconte également une partie de sa vie trente ans plus tard.

;
En conclusion : un bon roman de détente où je ne me suis pas ennuyée une seconde, et quels portraits attachants des trois personnages principaux….

,

Un extrait

« Ce qui frappe chez Rachel, disait-il à notre mère à l’époque ils vivaient encore ensemble, c’est sa sensibilité. Elle a de l’instinct et un talent d’observateur. Comme les bons détectives, entre nous soit dit. Elle a si bien observé mes allées et venues qu’elle pressent le moment où je vais rentrer, même si je ne rentre pas tous les jours à la même heure. »
Je n’avais pas mentionné cet autre événement que j’avais vu avant qu’il ne se produise. La nuit où notre mère avait trouvé la clé dans la poche de notre Père et su à qui elle appartenait. Les pleurs que j’avais entendus à travers la cloison et la voix basse de notre père, qui ne disait pas grand-chose et ne niait rien. Puis son départ, la nuit même. Ma vision n’allait pas jusqu’à inclure le nom de la femme, mais indiquait qu’elle avait les cheveux noirs. De toutes les personnes au courant de mes capacités à capter des choses venues d’ailleurs, Patty était la plus convaincue de leur réalité. Nous avions envisagé la possibilité de nous servir de ces dons pour l’achat de tickets gagnants, à la loterie ou aux courses de chevaux (à supposer que quelqu’un nous y emmène).Je lui avais néanmoins expliqué que ce don ne me venait pas à la commande. Je n’étais pas une diseuse de bonne aventure. Je ressemblais plutôt à un opérateur radio sur ondes courtes, attrapant des fréquences au hasard. Ces dons se manifestaient de façon imprévisible, indépendante de ma volonté. Ils pouvaient aussi ne pas se manifester.
Maintenant, j’allais essayer de me servir de mes capacités afin de localiser l’assassin de Charlene Gray et faire en sorte qu’il se retrouve derrière les barreaux – mais probablement, et surtout, j’étais mue par le désir de prouver à notre père quelles filles formidable nous étions. Bien entendu, il m’aimait – il nous aimait – , même si nous étions incapables de l’aider à résoudre son affaire. Nous voulions pourtant devenir ses assistantes, ses acolytes, son arme secrète. Il se pouvait que nous ne vivions plus jamais avec lui. Mais nous étions irremplaçables.

;

Challenge USA chez Noctenbule
Challenge rentrée littéraire chez Hérisson (4/6)
Challenge Top 50 chez Claire  dans la catégorie « Un livre dont l’action se passe dans un autre pays »

 challenge top 50 CHALLENGErentree2014challengeusa