Aujourd’hui « pensée parasite » – 5 mars

Je pense intenter un procès à R Queneau qui m’a mis en tête cette pensée parasite : « Penser à mon oreille interne » (oui j’en ai un seule).
Cela m’a aussi rappelé  cet  article de mon ancien blog :
;
De notre envoyée spéciale, Vinciane Legris. En direct de l’écho des écuries 
Dimanche 9 décembre, la mission de Vinciane était de trouver pourquoi les animaux n’ont pas le vertige. Ecoutons là nous raconter son aventure du 9 décembre dernier.
« C’était la première fois que l’on me confiait une mission aussi prestigieuse et je restais un moment réfléchir comment organiser mon reportage  : Pourquoi les animaux n’ont pas le vertige ?  Enquêter sur les pigeons de la tour Eiffel ? Beurk, tout simplement impossible. Interviewer les singes en haut des baobabs ?  Y a pas de baobab chez moi : J’habite au bois de Vincennes!
Puis l’illumination vint, je décidai de partir pour le phare de la Jument rendre visite à cette cousine ma voisine.
Pour ceux qui ne savent pas où c’est,le phare de la Jument,  un petit tour sur Google Earth et vous saurez. Moi j’y vais jamais sur Google earth car cela me donne le tournis  : ça va trop vite! on voit la terre à des milliers de kilomètres, un clic on est en Europe, un autre clic on est en France (le plancher des vaches se rapproche à toute allure), un autre clic on est Bretagne. Faites attention à relâcher le doigt de sur la souris sinon vous finissez 20000 lieues sous les mers!
Mais je vous égare avec ses propos sur Google Earth qui n ‘ont rien à voir avec mon vertige, enfin je voulais dire avec mon reportage. C’est Valentyne la chef de « l écho des écuries » qui m’a chargée de cette mission . Elle sait que j’ai le vertige dès que je me retrouve à plus de 50 centimètres du sol et alors ? Elle s’imagine que je vais renoncer à cette chance qui s’offre de faire le reportage du siècle.. Elle se fourre le doigt dans l’oeil. Même pas peur d’affronter mes phobies, moi.
Je me suis donc dirigée vers la Bretagne, en ce beau jour de décembre. Je voulais interviewer le goéland sur le vertige des oiseaux. L’important dans un reportage, c’est le choix des personnes à interviewer.
Vous vous demandez sûrement comment elle va faire, la Vinciane, pour interviewer un Goéland.
Et moi je vous réponds « Pas folle la guêpe (tiens c’est vrai pourquoi ne pas allez interroger une guêpe au sujet du vertige ? Et bien parce que les guêpes en décembre j’en connais pas alors elles doivent hiberner) donc pour interroger un goéland, je me suis dis allons en Bretagne plein ouest, Ouessant, d’où le phare de la Jument.
J’ai mis ma petite boussole dans mon sac, parce qu’en plus d’avoir régulièrement des vertiges je n’ai aucun sens de Lorient (tation) mais je m’égare à nouveau.
Une fois arrivée en vue du phare de la Jument (Longitude : 4° 57′ 20″ Ouest), j’ai été très déçue : pas un goéland sur la plage, ils tournoyaient au dessus du phare à 200 mètres d’altitude.
J’ai demandé à un passereau qui passait par là pourquoi les goélands n’étaient pas sur la plage mais en haut du phare : « je sais pas, je vais jamais si haut, il fait trop froid » m’a dit le passereau pressé en poursuivant sa promenade.
La phare scintillait dans la brume à des centaines de mètres de là.
Parce que je ne vous ai pas dit mais le phare de la jument est un phare de mer : cela veut dire qu’il faut prendre le bateau avant d’ y entrer!
Sur le frêle esquif que j’ai trouvé, je n’en menais pas large : il y avait des vagues de sept mètres de creux pour le moins et plus d’une fois j’ai cru ma dernière minute arrivée. Je me demande d’ailleurs si les animaux ont le mal de mer mais ceci fera l’objet d’un autre reportage, ne nous égarons pas !
Je sentais la Jument trembler sous les tonnes d’eau mais vaillante dans la mer, elle résistait et se rapprochait.   Enfin j’accostai, trempée mais de bonne humeur.
N’écoutant que mon courage que je  pris à deux mains, (et mes jambes à mon cou), je commençai mon épopée vers le haut du phare.
Au début tout allait bien, l’escalier est intérieur, je ne voyais plus les paquets d’eau de mer se fracassant sur les murs.
Je me croyais dans un double film d’Hitchcoq : vous savez celui des oiseaux et celui où la jolie jeune femme blonde a le tournis ( je me rappelle plus le titre mais Wens va nous le dire très bien .fin de la parenthèse)
Un des quatres goélands me voyant mal à l’aise se posa délicatement au dessus de ma tête et se lissa les plumes.
Flatté d’être interviewé sur un sujet aussi fondamental que le vertige des oiseaux, il m’ expliqua ( j’ai tout enregistré parce qu’allez tenir un calepin et un stylo à 200 mètres d’altitude avec un vent de force 6 )
 Et voici son explication. Veuillez excusez la qualité du son mais c’est du « live » : Les oise..n’ont pas le verti… parce qu’ils n’ont pas d’oreill….. »
Une déferlante m’aspergea à ce moment et je me dis que je tenais le sujet de mon prochain reportage : pourquoi la mer est elle salée?  « 
;
:
85593-dimanche-bretagne-en-vue-a-l-hippodrome-de-paris-vinc

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO billet republié de mon ancien blog

2. pas plus de 100 mots : KO

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

;

;

La consigne de Gwenaelle

BONJOUR!

Je ne sais pas si vous avez déjà écouté l’émission Les p’tits bateaux sur France Inter… Les enfants peuvent laisser sur un répondeur la question qui les taraude. Ensuite, l’animatrice trouve le ou la spécialiste qui saura répondre à la question posée. Et ce n’est pas toujours facile. Voici un petit échantillon :

– Est-ce que des animaux ont le vertige ?
– Tous les combien on change l’eau des piscines ?
– Est-ce que les microbes ont des microbes eux aussi ?
– Est-ce qu’on se lavait les dents sous Louis XIV ?
– Est-ce que les poissons boivent ?
– Pourquoi quand on veut pas penser on pense quand même ?
– A quoi correspondent les chiffres sur les codes-barres ?
– Est-ce qu’on peut utiliser une boussole dans l’espace ?
– Comment les chevaliers faisaient pipi avec leur armure ?
– Pourquoi la terre n’est pas carrée ?
– Est-ce que ça existe quelqu’un qui ment jamais, absolument jamais ?
– Comment est né le deuxième homme sur terre ?
– Pourquoi quand on se chatouille tout seul, ça marche pas ?

Je vous propose, ce dimanche, de choisir une de ces questions et d’y répondre mais pas sérieusement, hein! Non, de la manière la plus inattendue, la plus farfelue possible… Etonnez-nous!

 

Héroïne – Claude Baugée

jeudi-poesie

 

Allez chez Asphodèle lire les trouvailles des autres participants 😉

;

Aujourd’hui, avec la gentille autorisation de Claude, le portrait d’une héroïne fascinante……

.

Héroïne

;

Des lettres gigantesques
Incendiant le vieux Sud
Autant en emporte le vent
le Roi Coton et les crinolines
Sont rangés au magasin des accessoires

autant scarlett et sa nounou
,
Les bayous de Georgie
Ne résonnent plus des voix esclaves
David O.Selznick le dispendieux
N’orchestre plus les bals de la plantation
Et les gratte-ciel ont fleuri
Sur les cendres d’Atlanta.

atlanta flamme
,
Pourtant le rêve se perpétue
Présent comme jamais, teinté de nostalgie
Scarlett caprice et séduction
Exprime au-delà du décor
L’éternel féminin,
Romanesque for ever…

vivien leigh;

Scarlett colère et charme
Au vif sang de l’Irlande
Tu restes la même, ambitieuse perfide
Fillette boudeuse ou mère meurtrie
Déchirante, déchirant….

bonnie-scarlett-o-hara-autant-en-emporte-le-vent-amazone
.
Scarlett immortelle
Un « Cavalier » ardent comme Rhett Butler
Galope depuis toi
Dans l’imaginaire enfiévré
De toutes les Vivien Leigh
Du monde.

rhett et scarlett