Aujourd’hui « machines » – 26 février – Long week-end – Joyce Maynard

Pas d’inspiration aujourd’hui , c’est donc « extrait d’un livre »  :

Mais ton père ne voulait pas d’un deuxième enfant si vite. Il disait que nous n’en avions pas les moyens, de toute façon, il détestait que je passe tant de temps à m’occuper de toi, il exigeait toute mon attention. Ton père m’a persuadé d’avorter. Moi j’avais toujours refusé. Je considérais la naissance d’un bébé, même si le moment n’était pas le mieux choisi, comme un cadeau. J’ai dit à ton père que c’était dangereux de commencer à se prendre pour Dieu. D’attendre des circonstances idéales, parce qu’elles ne le seraient jamais.
Ton père m’a conduite dans une clinique. Je suis entrée seule dans la petite pièce. J’ai enfilé une blouse en papier, j’ai grimpé sur la table et mis mes pieds dans les étriers. Attention Henry, pas les mêmes que ceux des chevaux.
Ils avaient mis une machine en marche, un bruit s’est déclenché, ressemblant à celui d’un générateur ou d’un gros broyeur d’ordures. Allongée, elle écoutait, la machine continuait à fonctionner. L’infirmière lui a dit quelque chose, mais elle n’a pas pu entendre, le bruit était trop fort. Quand ce fut fini, on l’a emmenée se reposer dans une chambre en compagnie de deux autres femmes qui avaient avorté elles aussi ce matin-là. A sa sortie, elle avait retrouvé mon père. Pendant le trajet du retour, dans la voiture, elle n’avait pas pleuré, mais avait continuellement regardé par la vitre , et quand finalement, il lui avait demandé comment ça s’était passé, elle n’avait rien pu dire.

;

Long week-end – Joyce Maynard

 

k

.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots : 250 mots ( pas les miens)

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK (une machine effrayante)