Le soleil se couche à Sao Paulo – Bernado Carvalho

SOLEILSAOPAULO
Longtemps, je me suis efforcé de fuir comme le diable la croix tout ce qui était japonais (mon rejet et mon ignorance de la littérature venaient de là). J’aurais pu ne jamais mettre les pieds au Japon car j’ai longtemps voulu croire que l’enfer était situé là-bas. Jusqu’à ce que ma sœur décide de s’y installer en dépit de tous mes arguments pour l’en dissuader, refaisant en sens inverse l’itinéraire de nos arrière-grands-parents, car elle gagnerait davantage d’argent dans une usine d’automobiles à Nagoya que comme professeur à l’université de Sao Carlos. (P34)
Brésil et Japon de nos jours.
.
Le narrateur, brésilien d’origine japonaise, est au chômage. À trente ans, il a renoncé à son rêve de jeunesse : devenir écrivain.
Il passe ses journées à se morfondre jusqu’à sa rencontre avec une vieille japonaise, propriétaire d’un restaurant (japonais) où il mange souvent.
Cette vieille dame recherche un écrivain, qui ne soit pas un « vrai » écrivain. Elle lui raconte une histoire d’amour abracadabrante entre Michiyo, une jeune fille de la bonne société japonaise dont la famille est ruinée, Masukichi un acteur pervers narcissique et Jokichi, qui se sent coupable de la mort d’un homme, engagé par son père pour aller faire la guerre à sa place.
Dans le Japon juste après la guerre, le pays est dévasté et les histoires d’amour sont rares, l’argent manque cruellement.
De faux semblants en vrais mensonges, le narrateur commence à comprendre ce Japon que ces arrière-grand-parents ont fui. Un voyage au Japon, l’éclairera plus sur lui même que sur l’histoire qu’il cherche à écrire.
 :
 ;
J’arrivai à l’heure du déjeuner. À l’aéroport je pris un train pour le centre. Shinsaibashi était la station le plus proche de mon hôtel. Ma sœur m’avait prévenu que je ne devais pas me tromper de sortie sous peine de me perdre. Je passai plus de quinze minutes devant le plan à l’intérieur de la station avant de me hasarder à monter l’escalier menant à la rue et à la lumière du jour. Il fallait d’abord que je comprenne où se trouvait le sud. Tout était écrit uniquement en japonais. Je m’étais presque assuré de ma sortie sur le plan lorsque je sentis quelqu’un à côté de moi. C’était un homme en costume. Lui aussi cherchait une sortie. Pour plus de sûreté, je décidait de lui demander s’il parlait anglais et s’il savait où se trouvait le sud. Il désigna une direction que je croyais être le nord, une sortie diamétralement opposée à celle que je pensais être la mienne. Je lui demandai s’il en était certain. Absolument certain.
 ;
En conclusion : Une histoire très intéressante mais cependant un peu dure à suivre …les personnages s’enchevêtrent et mentent beaucoup. Le mensonge sera la source du drame ….J’ai aimé suivre le narrateur sur les traces de ce trio, au Japon, cinquante ans après les faits.
;
Livre lu dans le cadre du Challenge « lire sous la contrainte » de Philippe où le thème est. « Météo « 
Ce livre m’a aussi donné envie de lire. « Bruine de neige  » de Junichiro Tanikazi
qui est paru en français sous le titre « quatre sœurs « 
Challenge Top 50 de Claire d’un chat de bibliothèque dans la catégorie « livre contenant un triangle amoureux »
Challenge Amérique du Sud chez Eimelle avec le Brésil
challengeameriquelatine
challenge-contraintechallenge top 50
Publicités

10 réflexions au sujet de « Le soleil se couche à Sao Paulo – Bernado Carvalho »

Répondre à Valentyne Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s