Sauf les fleurs – Nicolas Clément

sauf les fleurs
Quel livre ! Un coup de coeur !
Une concentration de poésie dans 75 pages dévorées en un trajet, une relecture plus calme quelques jours plus tard.
Marthe raconte son enfance à la ferme auprès de son petit frère Léonce, de sa mère à la fois aimante, protectrice et dépassée, d’un père violent qui  » tabasse » quotidiennement femme et enfants.
Comment grandir dans un tel climat ?
Grace aux mots, à l’amour fraternel, maternel puis celui de Florent …
Parfois Marthe n’emploie pas les bons mots : ceux auxquels on s’attend mais cela fait toute la poésie.
Quelques extraits  :
****
Dans mon dictionnaire, je cherche la langue de Papa, comment la déminer, où se trouve la sonnette pour appeler. Mais la langue de Papa n’existe qu’à la ferme hélas. Il nous conjugue et nous accorde comme il veut. Il est notre langue étrangère, un mot, un poing, puis retour à la ligne jusqu’à la prochaine claque. 
 ****
Je ne trouve plus mon frère dont le père a brisé le nez de maman. Je secoue la chambre, je demande à l’étable j’implore le jardin, mes cris dans la cour sont l’envers de mon pressentiment. Qui croire si les coups me privent à présent de l’eau qui m’assoit et de la terre qui m’élance ?
****

Les mots marchent sur les mots, je couve un silence dont je ne peux rien faire, à part apprendre. Pour fatiguer la ronce. Au plus près du monde usé que je porte en signe de galet.

 ****
Notre ferme n’est pas grande, mais c’est notre ferme.
Nous y vivons à quatre, toutes les chambres nous vont, retournées ou rangées. Quand la neige avale nos pelles, j’apprends à coudre sur une machine ajustée à mes doigts, d’où naissent de longues robes dessinées sans faiblir. Avec mes aiguilles, je m’installe avant la traite face au jardin brouillon entrelacé de coloquintes. Ma machine à coudre est une Singer offerte par maman, la rigueur de mes points en dépend. J’ai toujours un vêtement sur le métier, un velours à bâtir, un ourlet à marquer. J’aime habiller Maman, l’inviter dans ma chambre, recevoir son miroir, couvrir ses cicatrices. Car je voudrais que Maman soit belle sans attendre mes mains, que tous voient ce que je vois, la source de mon or, l’épine qui me guide, son beau visage de travailleuse. Ici, loin de l’école, deux joies me rappellent à la vie qui me gèle : coudre pour Maman et lire des histoires à mon frère. Je  suis  heureuse alors, je n’appartiens qu’à moi.
;
,
challenge top 50logo-challenge-c3a0-tous-prix
Challenge top 50 chez Claire  dans la catégorie « lu en une journée » et
challenge  » A tout prix » chez Asphodèle (Prix Festival du premier roman de Chambéry en 2014) entr’autre
Publicités

21 réflexions au sujet de « Sauf les fleurs – Nicolas Clément »

  1. Je ne l’ai pas lu, mais je le note…
    Les extraits que tu nous offres ici m’ont beaucoup plu.
    Merci, Valentyne.
    Un livre à lire absolument.

  2. il y a des histoires qui parfois sont faîtes pour être lu par certaines personnes… ce livre était fait pour être aimé par toi, c’est pour cela que je l’ai glissé dans ta boîte aux lettres 🙂
    Contente que ce livre t’a touché….

  3. Ping : Sauf les fleurs – Nicolas Clément | 22h05 rue des Dames

  4. Ping : Bilan Lecture 2015 | La jument verte

  5. Ping : TAG 100 % Féministe | La jument verte

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s