Nymphéas noirs – Michel Bussi

nympheas noirs

Une vieille dame raconte ce qui se passe dans le village de Giverny. Un meurtre a été commis. Un riche ophtalmologue est retrouvé assassiné (poignardé, assommé avec une pierre et noyé !). L’inspecteur Serenac mène l’enquête avec son collègue. L’homme assassiné était connu pour avoir de nombreuses maîtresses et aussi connu pour vouloir acheter un tableau de Monet. Alors mari jaloux ou escroquerie du monde de l’Art ?
Les personnages sont nombreux, je n’ai été qu’à moitié convaincue par le personnage de l’institutrice ( et de ses yeux mauves et de son coup de foudre pour le policier). Elle m’aura tout de même convaincue de lire Aragon et son « Aurélien ».

Par contre, la petite Fanette, 11 ans et son amour de la peinture m’ont totalement convaincue…. et le fiel (le désespoir?) de la narratrice m’ont également émue.
L’enquête piétine.. rebondit….Vu comme cela, ce livre a l’air d’être un polar de plus….mais il est un peu plus que cela : la fin est absolument excellente…. Je me suis dit « nooooooon, ce n’est pas possible et bien si ….. ». Michel Bussi m’a bien menée en bateau et je suis contente de ma lecture.

.
Un extrait et le tableau correspondant : James, un peintre américain, parle à Fanette.

Théodore Robinson est un peintre américain. l’impressionniste le plus connu chez moi, aux États-Unis. Il est le seul artiste américain à être devenu l’ami intime de Monet. Claude Monet fuyait les autres comme la peste. Robinson est resté huit ans à Giverny ….Il a même peint le mariage de la belle-fille préférée de Claude Monet, Suzanne, avec le jeune peintre américain Théodore Butler. Et… C’est très étrange, Fanette, un autre de ses tableaux les plus célèbres représente très exactement la scène que tu es en train de peindre….
Fanette manque de lâcher son pinceau.
– Quoi ?
– La même scène. Comme je te le dis ! Il s’agit d’un vieux tableau de 1891, un tableau célèbre qui représente le ru de l’Epte,  le pont au-dessus, le moulin de Chennevières.  En arrière plan, on voit une femme en robe, les cheveux noués dans un foulard …et au milieu du ruisseau est peint un homme qui fait boire son cheval. C’est le titre du tableau d’ailleurs. Père  Trognon and his daughter at the bridge. Il s’appelait comme cela, le cavalier, c’était un habitant de Giverny ….le père Trognon…

pere trognon

Soène a aimé aussi : son avis ici

Challenge à tout prix d’Asphodèle (prix des lecteurs du festival Polar de Cognac 2011)

et Challenge top 50 de Claire d’un chat de bibliothèque (catégorie thriller/ mystère)

challenge top 50logo-challenge-c3a0-tous-prix

Publicités

13 réflexions au sujet de « Nymphéas noirs – Michel Bussi »

  1. Hello Valentyne
    Inutile de te dire que je me suis précipitée sur ton billet, ce matin 😉
    Si je n’avais pas lu ce livre, ton billet m’aurait décidée à me procurer ce roman 😆
    Bluffée par la fin ! tu as raison, Bussi nous tient même si parfois certains passages nous font perdre du temps pour aller plus vite au bout du bout.
    Je crois bien que je vais le relire pour mieux m’en imprégner ! J’ai bien dû manquer ou oublier quelques détails 😆
    Bonne fin de semaine
    Gros bisous

    • Bonsoir Claudualucia 🙂
      Oui ce livre a obtenu pas mal de prix (4 ou 5 je crois) . En tout cas, pour moi qui lit peu de polars, je trouve qu’il a bien renouvelé le genre 🙂
      Et puis Giverny quel cadre …
      Bonne soirée

  2. Ping : Bilan Lecture 2015 | La jument verte

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s