L’arbre aux haricots – Barbara Kingsolver

ARBre-aux-haricots_6968

Lecture commune avec Eeguab 😉

.
Marietta Greer, à 22 ans, décide de quitter son Kentucky natal. Elle s’entend pourtant bien avec sa mère, mais elle a envie de nouveaux espaces et part avec sa coccinelle qui roule très bien (même s’il faut la pousser pour démarrer). Elle souhaite commencer une nouvelle vie et se trouve un nouveau prénom, Taylor, en traversant une ville de ce nom. Dans l’Oklahoma, elle s’arrête dans un bar et une femme lui laisse de force un petit enfant (presque un bébé pas plus de deux ans). Plus loin,dans un motel, Taylor découvrira que la petite fille a été maltraitée, battue et violentée. Elle décide de garder la fillette indienne, la surnomme Turtle (pour sa façon de s’accrocher à elle), elle se trouve un emploi stable et une colocataire (Tucson – Arizona).

.
Dans ce livre à la fois plein d’humour et de gentillesse, Barbara Kingsolver nous fait suivre des personnes très attachantes que ce soit Taylor et sa « fille » sa colocataire Lou Ann, sa patronne et deux émigrés clandestins quatémaltèques, Espéranza et Estevan.
Jusqu’au jour où les services sociaux se rendent compte que « Turtle » n’a pas été adoptée légalement et qu’ils somment Taylor de retrouver les parents biologiques pour une adoption en bonne et due forme ou celle-ci sera placée dans un foyer……

.

En conclusion : une histoire intéressante avec de très beaux passages sur l’amour maternel que que soit celui de Taylor pour l’adorable Turtle, celui d’Espéranza pour Ismène, celui de Lou Ann pour son fils et celui de la maman de Taylor pour Taylor elle même.

.

Un extrait . La rencontre entre Taylor et Lou Ann (p 96)

Lou Ann est bientôt revenue avec le bébé.
« Dwayne Ray, viens que je te présente nos nouveaux amis. Dis bonjour. »
Il était tout petit avec une peau si fine qu’on voyait pratiquement au travers. Il m’ a rappelé l’écorché de la salle de biologie de Hughes Walter.
« Il est adorable, ai-je fait.
– Tu le penses vraiment ? Tu comprends , je l’aime à la folie ça s’est sûr, mais j’arrive pas à me sortir de l’idée qu’il a la tête plate.
– C’est normal. Ils sont comme ça au début, et au bout d’un moment, c’est comme si le front se bombait d’un seul coup.
– Ah bon ? Je ne savais pas. On ne me l’a jamais dit.
– C’est la vérité. J’ai travaillé dans un hôpital. J’ai vu tout un tas de nouveau-nés, ils avaient tous la tête plate comme une limande. »
Elle a pris un air sérieux et a dorloté son bébé un moment sans rien dire.
« Alors qu’est ce que t’en penses ? ai-je dit finalement, c’est d’accord pour qu’on s’installe ?
– C’est d’accord ! « . L’espace de quelques secondes, ses grands yeux et sa façon de tenir le bébé m’ont rappelé Sandi. La dame au chariot Safeway aurait pu les peindre toutes les deux : Madone étonnée aux yeux de tournesol.
« Evidemment que tu peux t’installer, a-t-elle ajouté. J’étais pas sûre que tu aurais envie.
– Et pourquoi pas ?
– Ben! mon Dieu, t’es là toute mince et intelligente et mignonne et tout ça, et moi et Dwayne Ray, tu vois, on est à comme des pauvres imbéciles à essayer de s’en sortir. Quand j’ai fait passer cette annonce, je m’suis dit : C’est bien quatre dollars dans le trou des toilettes ; qui est-ce qui serait assez cinglé pour venir s’installer avec nous ?
– ça suffit. Arrête de parler comme si tu ne valais pas un clou. Et moi, qu’est ce que je suis ? Juste une péquenaude qui sort de Dieu sait quel bled paumé, avec cette enfant adoptée que tout le monde me répète qu’elle est bête comme un tas de cailloux. J’ai rien à t’envier , ma fille. Crois-moi. »
Lou Ann s’est mis la main devant la bouche..
– Quoi ? j’ai demandé.
– Rien. »
Je voyais très bien qu’elle souriait.
 » Allons qu’est ce qu’il y a ?
– ça fait si longtemps, a-t-elle fait. Tu parles exactement comme moi.  » p 96

.

Challenge littérature américaine chez Noctenbule et Challenge Romancières américaines chez Miss G 

challenge romancieres americaineschallengeusa

Tag 11 questions

Philippe m’a taguée 😉 merci à lui 😉
J’avais déjà fait ce tag des 11 questions mais là les questions sont différentes…
1. Si tu étais un poème?
Ma bohème d’Arthur Rimbaud

Ma bohème

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !

.

Mon unique culotte avait un large trou.
– Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
– Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

.

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

.

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

2. Quel est ton premier souvenir livresque? Quel livre a marqué ta jeunesse?
Hansel et Gretel à la maternelle
Les animaux dénaturés en quatrième
HANSEL ET GRETEL lesanimauxdenatures
3. Si je te dis « école », tu penses à …….
Mes parents, instituteurs tous les deux.
4. Adolescente, tu étais amoureuse de quelle vedette?
Tom Cruise
5. Si tu ne pouvais emporter qu’un objet, ce serait…
Mon téléphone portable, un lien avec le monde et des ressources infinies via le net
6. Un livre que tu offres en cadeau?
Des fleurs pour Algernon : l’histoire est belle et triste et la forme de journal me plait beaucoup.
DESFLEURSPOURALGERNON
7. Un livre qui a (peut-être) changé ta vie?
Vous me croyez si je dis : La jument verte de Marcel Aymé ?
8. Une chanson que tu écoutes en boucle?
buckley
9. Ton film culte?
Rainman (cf le 4 :-))
 raiman
10. Si tu pouvais revivre ta vie (ou une partie), tu changerais quoi?
Rien du tout 😉
11. Un rêve que tu aimerais voir se réaliser?
La je sèche 🙂 En fait il y en a trop 😉
Je ne tague personne mais si le coeur vous en dit 😉 Bonne journée

Armageddon Rag – G.R.R Martin

– Allez, Sanders, allons sur la jetée. Je t’offrirai une saucisse de Franckfort, boire une crème glacée, et nous ferons un tour sur les chevaux de bois. Sais-tu qu’ils ont construit des appart qui surplombent le manège ? Je désirais en louer un quand je suis arrivé d’Oakland, mais numéro 3 n’a pas voulu en entendre parler. Elle n’est pas poète pour un rond, crois-moi. Imagine un peu … Se réveiller et s’ rendormir aux accents de l’orgue à vapeur, et n’avoir qu’à baisser les yeux pour voir des gens tourner en rond juchés sur leurs jolis chevaux bariolés. Ils tournent, et tournent, et tournent encore, tout comme nous.
– Et les saisons tournent, et tournent, et les chevaux de couleurs vives montent et descendent, (*) cita Sandy.
– Nous sommes prisonniers du manège du temps, conclut Froggy.

Armageddon Rag – G.R.R Martin

;
(*) Joni Mitchell the circle Game
And the seasons, they go round and round , and the painting  ponies go up and down. We’re captive on the carousel of time.

Et pour entendre la chanson c’est ici

jonimitchell

citation