La forêt sera toujours hantée – Jean Joubert

jeudi-poesie

Allez chez Asphodèle lire les trouvailles des autres participants 😉

 

Décembre agite au ciel des linges glauques,

Le cavalier perdu, les dents serrées

cravache sa monture.

.
.
Quel enchanteur brouille les pistes,

mime les dieux,

risque de sombres pièges ?

.
.
D’un doigt patient

l’enfant sème sur les cimes

des mots de neige.

J Joubert – L’alphabet des ombres
D’après Magritte « Le Jockey perdu »

Comme il existe plusieurs versions de ce jockey perdu, je m’interroge sur celui qui a inspiré le poème 😉 : un des deux premiers certainement car pour le troisième il est clair que le printemps est mis en avant,  pas décembre 🙂

jockey 1

the-lost-jockey-1926

 

renc3a9-magritte-jockey-perdu-2

Publicités