Certains l’aiment chaud

Début juillet, j’ai participé à un concours de nouvelle organisé par « le journal des femmes » et « Caprice des dieux ». Le thème de ce concours était « caprice »

Vous pouvez aller lire ICI   la nouvelle lauréate intitulée « Caprice londonien »

Et voici mon texte : « Certains l’aiment chaud »

C’est Billy Sauvage, mon imprésario, qui m’a trouvé ce cachet. J’adore dire « cachet » depuis que je suis une star reconnue à la télévision. Ma maman, fille de ferme de son état, serait fière de ma promotion.

Bon, d’accord, cet engagement, c’est juste une pub mais quelle pub ! Je vais tourner un film pour Les fromageries Bongrain, pour le nouveau produit de chez « Caprice des dieux ». Un produit ultra secret dont je ne peux rien vous dire ; Billy m’a fait signer la clause de confidentialité.

Je suis donc arrivée sur le lieu du tournage de bon matin. J’ai fait la moue quand je suis arrivée avec Billy. L’île Seguin – Boulogne-Billancourt  comme lieu de tournage !  Ils sont fous les gens de la prod chez Caprice des dieux. Rien que le nom m’a fait frémir, j’espère que cela ne va pas être un remake de film d’horreur !

Ils ont été aux petits soins avec moi : ils m’ont installée dans un camping-car grand luxe, m’ont offert ma tisane préférée, celle au chèvrefeuille avec des petites pommes à côté. Ils m’ont chouchouté, la coiffeuse était très patiente  avec moi. Billy m’avait briefé et je me suis comportée de façon impeccable, pas la moindre petite saute d’humeur, pas la moindre cabriole, aucun écart de conduite, une vraie image d’Epinal. J’ai mis une tenue ADORABLE avec un pull rose angora qui va très bien avec ma carnation claire.

Après une préparation intense, chevelure lustrée, ongles peints, je suis allée sur le lieu du tournage, retrouver la scripte qui devait m’expliquer mon rôle.

Quand j’ai vu Rosalie, j’ai fait grise mine, j’ai su toute de suite que je n’allais pas être la seule star sur le plateau. Bon, Rosalie est plutôt sur la pente descendante niveau carrière, mais quand même : inviter cette grosse vache sur MON tournage ! Elle allait voir ce qu’elle allait voir la mégère. Ce n’est pas parce que sa grand-mère, Marguerite, a joué avec Fernandel dans « La vache et le prisonnier » que j’allais la laisser se pavaner et me voler la vedette. Je l’ai snobé et lui ai fait un vague salut de la tête.

On parle souvent dans les magazines des vedettes de ciné qui se disputent, se crêpent le chignon, et bien je peux vous dire que ce n’est pas une légende. Rosalie, c’est mon ennemie ! D’accord elle a du succès avec ses boucles d’oreilles de gitane, elle plaît aux enfants mais franchement, ces breloques, cela fait mauvais genre. Moi j’ai des boucles d’oreilles très discrètes.

Elle n’était pas du tout pro, Rosalie : elle ruminait son chewing-gum comme un GI dans un film de John Wayne. Mais comme dit ma maman il faut savoir ménager la chèvre et le chou, faire mauvaise fortune bon cœur….et tutti quanti…

J’ai essayé d’être pro, de ne pas laisser échapper de grossièretés. Billy me dit toujours « Chougar, il faut te maîtriser. ». Chougar c’est mon pseudo. C’est Billy qui me l’a trouvé : il trouve que j’ai des faux airs de Marylin Monroe, qui s’appelle Sugar  dans un film dont le nom m’échappe pour le moment, mais je suis sûre que vous voyez de quel film je parle : celui avec Tony Curtis et Jack Lemmon déguisés en filles pour échapper à la pègre de Chicago. Et bien, en anglais « Sugar » se prononce « Chougar » (pas cougar hein !) et comme j’adore le chou sous toutes ses formes, maintenant c’est devenu mon pseudo. Une sorte de « Gare aux choux » mais en anglais ou en verlan. J’adore Billy mon impresario, même si des fois je le fais devenir chèvre avec mes lubies. Mais revenons à nos moutons : le film publicitaire pour « Caprice des dieux » : La scripte nous a expliqué notre rôle. Rosalie devait présenter l’ancien Caprice des Dieux, forme ovale, crémeux à souhait, et moi le nouveau, forme conique, plus sec mais tellement savoureux. J’étais super contente d’incarner, comme dirait ma maman, la modernité et le renouveau.

J’avais une seule phrase à dire en regardant mon fromage sur un lit de verdure. Cette phrase, c’était « Certains l’aiment chaud moi je l’aime tout court » en regardant une sorte crottin de Chavignol d’un air énamouré: « Ta voix doit être frêle et chevrotante »  m’a dit le réalisateur, sûr de lui.

Et dire que ce film, MON film, va faire vendre des milliers de petits « caprices », c’est fabuleux quand même la pub ! Rosalie, elle, avait une phrase à dire elle aussi : « Comment voulez vous survivre dans un pays où il existe 259 variétés de fromage ? »

J’ai été un peu déçue quand j’ai appris que le film serait en noir et blanc, pour faire référence à ce fameux film dont le titre m’échappe toujours. Pas très moderne tout cela mais il paraît que le rétro revient à la mode ! c’est Billy qui me l’a dit !

Nous avons fait une prise, deux prises, trois ….C’est là que tout a dérapé : la tisane au chèvrefeuille de tout à l’heure était loin et à la quatrième prise, j’ai commencé à picorer discrètement dans la salade, en faisant bien attention à ne pas manger le chavignol, je suis végétarienne.

Quand elle m’a vue, Rosalie a fait de même et on s’est donc retrouvées à la cinquième prise chacune avec un fromage tout seul, sans salade autour. Le chef opérateur s’arrachait les cheveux en disant que l’on avait plus de verdure, que c’était une catastrophe. Comme Rosalie essayait de me piquer mes dernières feuilles de frisée, j’ai perdu mon sang froid et je lui ai donné un coup de boule. Chasser le naturel et il revient au galop. Rosalie n’a pas apprécié et est devenue presque folle. Elle s’est mise à cavaler dans tous les sens emportant tout sur son passage : caméra, nappe de la table, câbles et j’en oublie…. La pauvre scripte s’est mise à courir en criant « Reviens, Rosalie, reviens… ». L’apocalypse, je vous dis !!

Le réalisateur m’a regardé d’un œil torve, comme si j’étais responsable de cette pénurie de salade et de cette réaction disproportionnée de Rosalie. Il lui fallait un bouc émissaire et j’avais la tête de l’emploi. Je ne me suis pas laissée faire : je lui ai tiré la langue accompagnée d’une « Crotte de Bique », le laissant planté là, éberlué et au bord de la dépression.

Je croyais qu’être guest-star chez « Caprice des dieux » allait être simple, mais je ne pouvais pas MOI, Chougar-la-biquette, tolérer que Rosalie-la-vache-qui-rit piétine mes plates bandes. Je suis une STAR que diantre !!

Bonne journée 😉

Publicités

14 réflexions au sujet de « Certains l’aiment chaud »

  1. Hilarante rivalité entre bovin et caprin. Manque seulement le trio Veber Depardieu Richard et un célèbre jeune marié, je crois que c’était à Venise, pour Les chèvres du Pentagone. Mais « Nobody’s perfect »… Et ce Billy Sauvage, plus sauvage même, quel talent, tout comme La Jument Verte… Bises

    • Coucou Edualc 🙂
      J’ai vu le film avec Depardieu et Richard 🙂
      Je ne connaissais pas celui que tu cites  » les chèvres du Pentagone » : ah Georges Clooney!!
      Chougar me chuchote que la vie est belle et qu’elle va laisser tomber Billy pour un certain Franck Caprin …
      Bisesss

  2. Joli texte, où je découvre que caprice et caprin commencent pareil …
    sinon, je suis allé lire la nouvelle lauréate : bien écrite, mais cruchonne et bêtasse à pleurer. Si c’est l’idée que le journal des femmes a de ses lectrices….

    • Coucou Philippe 🙂
      J’aime bien écrire effectivement : un dépaysement parfois plus grand que la lecture 🙂
      Cette nouvelle fait partie d’une série qui sera lisible dans quelque temps ici même . Les autres nouvelles ont pour titres « duel au soleil », « psychoses » et « les sirènes et le requin  »
      Bisesssss

  3. Quelle épopée cette fois-ci encore ! Tu joues avec les mots et c’est jubilatoire ! Je ne savais pas qu’il y avait ce genre de concours sponsorisés par les marques. C’est une belle idée je trouve !

    • Coucou Mind 🙂
      Merci pour l’appréciation 🙂
      J’ai aussi participé en juin à un concours organisé par Renault Truck , je vais voir de ce pas si les délibérations ont eu lieu 🙂
      Bises et bon weekend 🙂

  4. Décidément, tu écris toujours à merveille…
    Personnellement, j’aurais voté pour toi. 🙂

    Je venais aux nouvelles… dis, tu accepterais de continuer à être Lubie dans notre nouvelle anthologie ? Ce serait merveilleux, au moins de nous laisser publier ce que tu avais écrit pour le mariage de la Petite fabrique d’écriture.

    Bises et belle semaine Valentyne.

    • Merci Quichottine 🙂
      J’essaierais volontiers d’être Lubie pour cette nouvelle anthologie 🙂
      Vous pouvez utiliser les premiers textes de Lubie 🙂 avec plaisir 🙂

      Bises Quichottine 🙂

          • La petite fabrique est en pause à durée indéterminée… Je n’arrive pas à tout mener de front et nous nous sommes mises d’accord, Polly, Azalaïs et moi pour privilégier en ce moment la prochaine anthologie.

            Le blog des anthologies éphémères est donc actif.
            http://les-anthologies-ephemeres.over-blog.com/

            Ce qui serait bien, c’est que tu écrives un petit texte où tu évoquerais le retour de Marcel.
            Il n’était pas mort, c’était une bourde du journal local. Il était seulement en vacances et n’a donc pas vu tout de suite ce qui se passait. 😉

            (moi, ça m’arrange… et je suis contente que Pierre reprenne le rôle. Lubie sera contente…)
            Dis, à ce propos, tu n’aurais pas une photographie que l’on pourrait mettre dans le livre en noir et blanc ? Une photo de Lubie évidemment. 😉

            Passe une douce journée.

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s