Cavalerie du rêve – Jean Joubert

jeudi-poesie

Allez chez Asphodèle lire les trouvailles des autres participants 😉

 

Lorsqu’ils s’éveillent et s’arrachent
de la caverne des brouillards,
les mots s’élancent
non pas comme un troupeau
qui coule aveuglément
vers la pâture familière
mais comme une ruée de chevaux éperdus,
cavalerie du rêve,
fendant le jour
avec un souffle de tempête
Poitrails fumants, crinières déployées,
sabots de feu,
Ils narguent l’horizon,
laissant sur nos sentiers
des traces péremptoires.
.
Vers quel pays sauvage,
quelle terre inconnue
vont-ils porter la flamme,
pour dire quoi,
Quel messages tirés des gouffres
et déployés enfin,
Brûlants dans la lumière.

J Joubert – L’alphabet des ombres

 

 

 

Publicités

14 réflexions au sujet de « Cavalerie du rêve – Jean Joubert »

  1. Ping : POÉSIE DU JEUDI -18 – avec François Coppée (pas l’autre !) | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  2. Coucou Valentyne,
    Excellent choix et belle histoire de mots et de chevaux 😆
    C’est vrai que parfois les mots cavalent comme des chevaux sauvages, sans qu’on puisse les maîtriser.
    Ton message est arrivé au galop 😉
    Gros bisous

  3. Les mots parfois peuvent être les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse. Un beau texte, très valentynien, qui sonne comme une ruée de mustangs dans un western classique, un compliment pour moi. Bises.

  4. Ping : La poésie du jeudi avec Charles Baudelaire | Les mots de la fin

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s