Florent – Marie Laberge

florent

Québec et Montréal – De 1950 à 1969
Après « Gabrielle » et « Adélaïde », Marie Laberge nous entraîne dans ce troisième (et dernier) tome d’une saga intitulée « Le goût du bonheur ». Ce tome s’appelle Florent. Pour ma part, je l’aurais bien appelé  « Léa », du prénom de la fille d’Adélaïde ou alors « Leah », celle de Théodore, des presque jumelles (avec 7 ans d’écart) qui cherche toutes deux leur voie.
En effet, ce sont ces deux personnages qui m’ont le plus plu : Leah est révoltée, devient avocate, renonce à faire partie de la communauté juive. Elle part en Europe sur les traces de son père qui a disparu à Dieppe, lors du débarquement canadien de 1942. Elle ira jusqu’en Pologne et Auschwitz, elle manque de se laisser submergée par l’horreur et a culpabilité et le salut viendra d’Adélaïde toujours très forte.

Léa, un peu plus jeune, veut devenir psychiatre, contre la volonté de sa mère qui rejette la folie.

Marie Laberge a écrit un livre passionnant sur les ravages de la passion, mais aussi sur l’amour et la différence : la différence  d’âge dans un couple, la différence homme-femme. Le deuil et la joie de vivre sont aussi évoqués avec sensibilité…

Des faits historiques en arrière plan (le discours de de Gaulle sur le Québec, l’assassinat de JFK….)  permettent de resituer l’action dans cette époque.
Ce livre est très féministe aussi : la lutte des femmes pour leur émancipation (travail, maîtrise des naissances, contraception et avortement …) et la place de la religion toujours très grande….Enfin, le côté vocabulaire québécois est un vrai régal ….

;
En conclusion : Un excellent dernier tome que j’ai dévoré en quelques jours. Une petite chose m’a gênée : ne pas avoir les réponses du psychanalyste de Léa. Un psychanalyste parle peu mais là c’est silence total….

Un extrait : Adélaïde, femme d’affaire, inflexible et humaine, parle ainsi à ses associées :

« C’est un rang de perles, un seul rang, sobre, magnifique. Les perles sont ce que j’ai vu de plus constant dans ce fameux siècle de mode que nous avons illustré. Les perles reviennent toujours, ne se démodent pas vraiment. Nos mères et nos grand-mères en portaient et je crois que nos filles en porteront. Je souhaite que notre collaboration dure comme ces perles et, évidemment, c’est ma manière de vous dire que vous êtes des perles rares. »

Challenge Pavé de l’été chez Brize (750 pages), Québec en septembre chez Karine et Yueyin

Challenge Francophone chez Denis et challenge « à tous prix » chez Asphodèle (Prix du gran public du salon du livre de Montréal

logo-challenge-c3a0-tous-prixCHALLENGEquebecseptembre2014-2challenge LittFrancophonePAVE ETE

Publicités

11 réflexions au sujet de « Florent – Marie Laberge »

  1. grand chelem pour Marie Laberge et son gout du bonheur, j’avais un tout petit peu moins apprécié ce tome que les deux autres mais enfin tout est relatif hein, j’adore cette trilogie 🙂

  2. Tu t’es rendue jusqu’au bout de cette trilogie d’une auteure que j’admire énormément. Qu’est-ce que ça fait plaisir de te lire. Et puis tu résumes tellement bien, les ravages de la passion, l’amour et la différence, beaucoup de sensibilité. Ce livre est aussi très féministe, comme tu le dis si bien, à l’image de l’auteure, qui ne s’en cache pas. C’est un régal de te lire Valentyne! Bisous

  3. Ping : Québec en septembre 2014 - Les billets!

  4. Ping : Ceux qui restent – Marie Laberge | La jument verte

  5. Ping : TAG 100 % Féministe | La jument verte

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s