Lettre à Césaria

plumes2A l’est d’Eden, le 29 Avril 2013

Chère Césaria

Voir ton annonce dans le quotidien « Caprice des dieux » m’a fait très plaisir. Un peu comme une bouffée de tendresse dans un monde de violence.
J’ai répété plusieurs fois le texte de ton annonce : « Silence supect, se voir qd, où? courage, lutte avt éclaircie. Trust in you babe. C. »

D’abord, entendre un peu d’anglais m’a fait plaisir et puis ce message de confiance à l’état pur met du baume au coeur. Je me dis que là où tu es , tu es bien placée pour voir venir l’éclaircie.
Comme tu le sais peut être, ça y est, j’ai passé mon audition devant les deux Bigs Boss. Il faut que je te raconte tout en détail. Je suis toujours en quarantaine : quarante jours, je ne pensais pas que ce serait si long, cette séparation d’avec mes semblables. La première semaine, je n’ai pas trop compris ce qui m’arrivait : Moi qui n’ait jamais cru dans la vie de l’au-delà, le blabla horrifiant de la vie après la mort, and so one, j’ai été servie : J’étais aux premières loges pour mon enterrement, ce 13 avril 2013. Les voir tous défiler en ce jour de printemps m’a fait tout drôle. Un enterrement de première classe avec juste ce qu’il faut comme étalage de richesse. Ken Loach a même lancé une pétition pour que l’Etat ne paie pas mes obsèques. Je dois dire avoir bien ri à ce moment. S’ils savaient ce qui les attend !

Ils avaient fait le déplacement malgré l’éloignement. Ils étaient venus, ils étaient tous là, comme dit la chanson : 2300 invités, je ne vais pas tous les citer, ils venaient du Royaume mais aussi de l’étranger : des chefs d’états, des nobles et des moins nobles, des artistes, tout le dessus du gratin.

Mais raconter mon enterrement n’est pas l’objet de cette lettre, je voulais te remercier pour tes conseils avisés pour mon entrevue avec les Patrons. Dieu m’a paru un peu fatigué, il avait comme une incompréhension dans le regard. Par contre Satan pétait le feu. Heureusement que tu m’avais prévenu en quoi consistait ce grand oral : l’important c’est la préparation. J’avais donc révisé toute la nuit les paroles de Besame Mucho ! Ils sont gonflés quand même les boss de faire passer ce type d’épreuve pour savoir si le défunt doit aller au paradis ou en enfer. J’ai retenu tous tes conseils : être moi-même ! Ne pas déranger Dieu en le réveillant pendant sa sieste ! Rester humble devant Satan ! Et last but not least , ne pas essayer d’imiter les nombreuses personnes qui ont chanté Besame Mucho. En même temps je n’ai pas la voix sensuelle et à fleur de peau de Luz Cazal, le peps de Diana Krall ni le coffre d’Andréa Bocelli. Quand à me trouver des similitudes avec Dalida, peut être ai-je un peu copié sa coiffure mais je le jure c’est tout !

J’ai pensé un moment à chanter « Besame mucho » dans la mosaïque des 23 langues officielles de l’Union Europénne, mais comme tu sais, je suis une européenne un peu tiède et je n’aurais pas été convaincante. Encore que sur le sujet de l’Europe comme sur de nombreux autres, mes détracteurs m’ont diabolisée à outrance. Comme je partais avec un sérieux handicap, eu égard à ma notoriété, j’ai donc plutôt opté pour une grand sobriété lors de mon grand oral: je te fais bientôt parvenir mon dvd. J’espère pouvoir compter sur ta tolérance et ta solidarité.

Dieu avait l’air hagard, je l’ai déjà dit, je crois, quand j’ai commencé à chanter : j’ai un peu perdu le fil à un moment quand il faut parler de l’ultime fois  » Ultima vez », tu sais, moi, les chansons d’amour…. puis j’ai repris mes esprits. Belzébuth m’encourageait du regard. Je n’atteindrai pas ta performance , ma chère diva aux pieds nus, mais je crois que toutes proportions gardées, j’ai fait une prestation honnête, mettant en avant mes talents de dame de fer à la souplesse légendaire.

Quand je suis sortie de la salle, les deux boss se sont regardés d’un air entendu et ont affirmé : « On devrait se mettre d’accord sans disputes, hein? On dit de nous que nous sommes aux antipodes mais en fait nous sommes complémentaires ? ». Je ne sais pas si cela est bon pour mon cas : alors à ton avis vais je gagner les verts herbages de mes aïeux ou me retrouver en enfer ?

Bon, en tout cas le purgatoire, c’est pas pour moi, je suis trop entière, je ne sais que combattre et lever la tête.

Je dois te dire que j’ai hâte de savoir où je vais aller. Parce qu’en fait , ce n’est pas tellement OU on va qui est important – « Vivre au Paradis ou souffrir en enfer, cela m’est égal » – mais avec QUI on y va ! Quelqu’un a dit que l’enfer c’étaient les autres et bien dis lui, si tu le croise, qu’il se trompe :  « l’enfer c’est la solitude » ! Tu sais où il est Reagan ?

Ta Margaret Thatcher

les mots collectés par Asphodèle
tendresse, solidarité, incompréhension, mosaïque, regard, amour, handicap, souffrir, tolérance, dispute, similitude, solitude, séparation, complémentaire, richesse, éloignement, étranger, égal, déranger, combattre, hagard, herbage, horrifiant.

La consigne de Tu dînes ce soir
Il fallait écrire une lettre pour répondre à l’annonce suivante :
« Silence suspect, se voir qd, ou ? Courage, lutte avt éclaircie. Trust in you babe. C. »
En se mettant dans la peau de Margaret Thatcher et en écoutant Besame Mucho

j’espère que Cesaria Evora me pardonnera : Vous pouvez aller l’écouter ici 

Autour de la même consigne , ne manquez pas le billet de Carnets Paresseux 😉

Publicités

15 réflexions au sujet de « Lettre à Césaria »

  1. Ping : Avant la sieste ou après, ce sera le même plaisir, alors ne vous en privez pas !! | TUDINESCESOIR ?

  2. Belle histoire pleine de trouvailles (le quotidien « Le caprice des dieux » -d’ailleurs, peut-on s’abonner ?- , le tour de chant « Besame mucho » devant les deux compères….-où commander les cd ?). merci !

    • Pour se procurer le journal et les cd , il faut un compte chez « femme-qui-monte-à-cheval-les-2-jambes-du-même-côté.com » (toute ressemblance avec un site existant serait purement fortuite :-))
      Bises cher Paresseux 🙂

  3. Oups, j’ai loupé ta prestation de samedi dernier. 😳
    Voilà qui est réparé. 😉 Très beau texte, cependant j’aurais plutôt vu la Dame de Fer ordonner à Dieu de la placer où elle veut. 😆
    J’ai beaucoup ri ! 😀 Bravo ! 😀
    Bises 😀

  4. Ping : Help, Charlie | La jument verte

  5. Ping : Aujourd’hui « Je pourrais tout aussi bien  – 5 mai | «La jument verte

  6. Oups… je me demande ce que j’aurais écrit avec une telle consigne, mais merci pour le rire…
    Tu me ferais presque aimer la dame de fer…
    Take care, Valentyne.

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s