La chanson des mal-aimants – Sylvie Germain

Un midi, en plein déjeuner, Léontine a lâché le verre qu’elle tentait de porter à ses lèvres, avec sa grosse main difforme pareille à une patte de tétras. Le verre s’est cassé sur le sol. Elle a juste fait « Ah!… », puis sa tête s’est penchée vers une épaule. Elle a gardé la bouche et les yeux grands ouverts. Elle semblait me zieuter par en dessous, d’un petit air narquois. J’ai eu envie de rire, mais la bouchée que je venais d’avaler s’est coincée dans mon gosier, et j’ai touché, craché. J’ai regardé à nouveau Léontine, elle n’avait pas bougé. Je ne la trouvais soudain plus du tout rigolote, avec sa grimace idiote, ça m’a mise mal à l’aise. Je l’ai appelée plusieurs fois, elle n’a pas répondu. Alors j’ai eu peur, tellement peur, sans même savoir de quoi, que j’ai quitté la table d’un bond et suis sortie en courant. Dehors, la lumière m’a éblouie, et cinglé les mollets. Je suis partie à vive allure dans la campagne, sans réfléchir, saisie de ravissement par la splendeur de ce midi d’automne. Je me suis empiffrée de myrtilles, j’avais la bouche et les doigts violets. Cela ne suffisait pas, j’étais affamée de couleurs. Alors je me suis roulée dans l’herbe, dans la boue. Puis j’ai grimpé dans un arbre et, parvenue à une branche élevée, je me suis assise dessus. Ainsi campée à califourchon au milieu du feuillage orangé, j’ai fouetté un cheval imaginaire, donc superbe. Un cheval végétal à la robe de rouille et d’agrume, frémissant dans le vent.
J’ai chevauché par dessus la terre et j’ai crié à perdre haleine des mots en vrac, sans queue ni tête, des grossièretés surtout. j’étais une apprentie sorcière assez poissarde. J’ai pourchassé les nuages du haut de ma monture, éperonnant le vide, engueulant les oiseaux, les insectes, les écureuils. J’ai galopé à bride abattue vers le soleil. Mais à force de gesticuler, j’ai perdu l’équilibre et suis tombée comme une pomme de pin. Rien de cassé, mais j’étais griffée de partout, les vêtements déchirés.
(p37 -38)

,

La chanson des mal-aimants – Sylvie Germain

k

.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Publicités

10 réflexions au sujet de « La chanson des mal-aimants – Sylvie Germain »

  1. Hello Val. « Ainsi campée à califourchon au milieu du feuillage orangé, j’ai fouetté un cheval imaginaire, donc superbe. Un cheval végétal à la robe de rouille et d’agrume, frémissant dans le vent. » Quel écrivain majuscule que Sylvie Germain, j’en ai lu déjà cinq. Rendez-vous à Canaan jeudi prochain. Bises.

    • C’était mon premier livre de cet auteure 🙂 une écriture juste superbe, humour et beaucoup d’émotion 🙂
      Je serai au rendez vous de Canaan jeudi prochain 🙂
      Bises Claude 🙂

  2. Chaud brûlant, c’est mon prochain de cette écrivaine « majuscule » comme le dit si bien Claude et je m’en pourlèche d’avance ! C’est presque du recueillement quand je m’apprête à la lire et même si je n’aime pas tous ses livres, en fonction de leur « inclinaison » : j’aime ceux où elle distille un peu de fantastique ! 😉 L’extrait que tu as mis est juste superbe… Merci ! 😀
    As-tu eu mon mail ? 😉

      • Pour le mail c’est réglé ! 🙂 Il n’y a pas forcément de fantastique dans tous ses livres mais j’ai noté que j’avais préféré ceux où il y en avait : j’ai adoré Le livre des nuits (pas encore chroniqué, un jour peut-être^^), Tobie des Marais (supeeerbe). Un peu moins Petites scènes Capitales, léger bémol bien sûr mais c’est par rapport aux autres, ça reste un excellent livre et où j’ai un problème, c’est avec Magnus, je n’accroche pas (et j’ai tenté plusieurs fois) alors que la majorité adore… va savoir ! Mais j’ai un petit stock, je vais continuer à affiner cette constatation..

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s