Woody Allen – L’erreur est humaine

Le ruisseau de Wilton se situe au coeur des Grandes Plaines, au nord du Bosquet du Berger, sur la gauche de la Pointe de Dobb, juste au-dessus des falaise qui forment la constante de Planck. La terre est arable et se trouve principalement au sol. Une fois l’an, les vents tourbillonnants en provenance des plateaux de l’Alta Kicka déferlent à travers champs, soulèvent les paysans occupés à leur besognes, et les déposent des centaines de kilomètre plus au sud, où ils se réinstallent souvent et ouvrent des boutiques. Par une grise matinée de juin, un mardi, Comfort Tobias, la gouvernante des Washburn, entra chez ses employeurs comme chaque jour depuis dix-sept ans. Le fait d’avoir été licenciée neuf ans plus tôt ne l’empêchait pas de venir faire le ménage, et les Washburn ne l’appréciaient que davantage depuis qu’ils avaient cessé de lui verser son salaire. Avant de travailler pour les Washburn, Tobias murmurait à l’oreille des chevaux dans un ranch du Texas, mais elle était entrée en dépression nerveuse le jour où un cheval lui avait répondu, en chuchotant lui-aussi.
 » Ce qui m’a le plus sidérée, se souvient elle, c’est qu’il connaissait mon numéro de sécurité sociale »

,

Woody Allen – L’erreur est humaine

k

.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Publicités

6 réflexions au sujet de « Woody Allen – L’erreur est humaine »

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s