Traboule avec Soène – le prix Agostino-Quai du polar

Lundi dernier (le 31 mars, pas le premier avril, hein) j’ai reçu un mail très sympathique de Lucie Diondet, une organisatrice de « Quai du Polar »

Après la lecture de ce mail, voici dans quel état j’étais : (Chère Asphodèle je t’ai « emprunté » ce gif fabuleux)

gif-ZEBRE

Je l’ai relu trois fois ce mail avant de capter que j’avais gagné (yes!!) le concourt de nouvelles de Quai du polar.

J’étais invitée à la remise des prix. Pour des raisons familiales , je ne pouvais m’y rendre mais notre Soène nationale a proposé de me représenter …

La voici dans le feu de l’action (on ne voit pas bien ses souliers vernis mais elle m’a affirmé les avoir mis ;-)); Allez lire son compte rendu ici

a-QdP-2014 remise Prix Agostino ValVal

et voici mon prix 😉

a-Prix Agostino 2014 Valval

 

Pour lire la nouvelle il faut aller ici ou   ou ci dessous 😉

Suspensions(s)

Devant sa valise, Cédric peste, dépassé par les évènements. Son père l’a appelé, il y a une semaine. D’un ton sec, il a  dit :  » Cédric, ta grand-mère part une semaine pour l’Egypte, elle a gagné un concours dans « Vous-deux » : direction le Caire et je ne peux pas l’accompagner …tu sais ce que c’est…. le travail …je n’ai pas le temps de suivre ma mère dans cette épopée … TOI par contre… »

Cédric entend ces trois petits points de suspension. Ils sont lourds de menace, ces trois points de suspension, juste derrière le « Toi » en majuscule.   Comme il déteste son père  ! C’est vrai qu’il a le temps, lui, sous-entend son père : Dix-neuf ans ….il vient de rater son bac blanc en ce mois d’avril, pour sa deuxième année de terminale. A moins d’un miracle en juin, il va se faire étaler comme de la pâte brisée…… Il n’a plus cours pendant quinze jours (foutues vacances de printemps ! )  il peut bien se rendre utile et accompagner la « reine mère »  en Egypte. Voilà tout ce qu’il entend dans ces trois points de suspension….. Son père se moque que ses projets à lui était de retaper sa vieille Deuche. Et de démonter les seules suspensions qui trouvent grâce à ces yeux…celles de sa Perrier spéciale 1988…

En rageant, il referme sa valise, descend l’escalier et fait, à son père et à sa grand-mère qui trépignent, une grimace qui peut passer pour un sourire contrit. Son père rugit « Active, je vous emmène à l’aéroport, la voiture est garée en double file… »

Traînant la valise, Cédric s’approche de la Jag paternelle, celle-là même qu’il a un peu réglée ce weekend. « Elle a comme une sorte de grondement dans les virages », a dit son père….Si tu pouvais, Cédric….. » A nouveau, cette façon qu’a son père de ne pas dire ce qu’il pense, de ne pas finir ses phrases !

Installé à l’arrière, Cédric s’enfonce dans ses réflexions, écoutant à peine sa grand mère et son père échanger de dernières banalités. Il est comme coincé entre un siège et sa valise, le coffre de cette beauté automobile est riquiqui…

Cédric voulait prendre un sac à dos, rêvant déjà de promenades en dromadaire, dans le sable à perte de vue, des nuits étoilées….  L’Egypte pourquoi pas, il n’est jamais allé plus loin que la Pyramide du Louvre …mais sa grand-mère l’a rembarré avec sa façon habituelle. « Non Cédric, si tu crois qu’il s’agit d’un trek où d’une ineptie de ce genre, tu te trompes, il s’agit d’une croisière de LUXE sur le Nil. Regarde le programme »

Il a jeté un coup d’œil au programme : en fait de momies, il ne va y avoir que les autres personnes de la croisière : la moyenne d’âge doit être de 80 ans, au moins. Le programme lui a donné envie de rendre son déjeuner « Sur ce fleuve au limon fertile, vous partirez des quais du Caire, sept nuits sur le plus mythique des fleuves, blablabla,  partez sur la trace de la 4ème dynastie, pharaons, felouque , blablabla, la fascination des Egyptiens pour Saturne, blablabla ».

La momie (enfin la mamie) qui est sur le prospectus a un faux air d’Agatha Christie, la gâteuse, que sa prof de français l’a forcé à lire. Morts sur le Nil, s’il se rappelle bien le titre  : la prof de français,  leur a fait aussi lire « Dix petits nègres », une toquée des polars, et à propos de nègres : pas un Zulu, pas un Oualof, juste des anglais  qui ont tous un truc à se reprocher sous leurs dehors BCBG. Une citation de  Mort sur le Nil  lui revient : «  Les motifs de meurtre sont parfois dérisoires ….. ». A-t-il lu ou inventé la phrase qui lui vrille l’esprit  « L’important dans un crime, c’est d’être loin de la scène … »?

Arrivés à l’aéroport, le père les lâche, « Faut que je file au bureau, le trajet sera court jusqu’au Caire, je compte sur toi, fiston, pour t’occuper de Mamie… »

Cédric voit sa grand-mère qui discute avec un homme, moustaches lissées et gominées. Cédric sourit quand il se rend compte qu’il mélange tout :  le prospectus, sa prof de français, Hercule Poirot, la Jag trafiquée,  Mort sur le Nil, son père … La prof a tant  décortiqué ce livre qu’il a tout enregistré : Le ton pédant d’Hercule le Poireau,  les cris de la femme jalouse… ces souvenirs sont vagues  : une machination, deux êtres cupides, un meurtre parfait, et les petites cellules grises…

Assis dans la salle d’embarquement, il contemple sa valise, essaie de deviner où est  son IPad dernier cri (y aura-t-il du Wifi au moins sur ce rafiot de vieux schnocks ? ). Les trois valises de Mamie lui sortent déjà par les yeux …

Pas de doute qu’au bout de trois jours, enfin trois heures, il aura des envies de meurtres sur ce rafiot de centenaires. Déjà, il n’appelle plus sa grand-mère que Cléoplâtre, en pensant au fond de teint qu’elle badigeonne le matin.

Il l’entend : « Tu as pensé à prendre de l’écran total ? parce qu’avec  ta peau ….. » A nouveau ces points de suspension qui lui donnent envie de hurler ! Oui, il le sait que sa peau est un carnage, une face de lune avec des cratères comme il dit devant ses codétenus au lycée. OUI, il reconnait que le terme « codétenus » est fort mais c’est ce qu’il ressent, entre ces quatre murs. C’est sûr, une croisière sur le Nil va le rendre claustrophobe, ou fou ou les deux. Mais comment refuser à Dieu le Père d’accompagner la Reine Mère ? En plus, il fera beau et elle lui interdira de se balader en T-shirt : elle ne supporte pas le tatouage I Love Anaisthêsia gravé sur son biceps. Un peu raté d’ailleurs ce tatouage « Anaisthêsia » commence à disparaître sur son bras comme elle disparait dans son cœur. « Tu déconnes, Cédric……C’est ta voiture ou moi……… » ont été ses dernières paroles.

Dans l’avion, il scande les noms des pharaons : Toutankhamon, Akhénaton  et se met à  fredonner une chanson d’IAM et de son leader  Akhenaton « Tu jurais rattraper ses types et les tuer », ignorant sa grand mère qui le foudroie du regard……

Cédric s’interroge et soupire de soulagement, huit jours sans son père …peut être plus ….A quel moment vont lâcher les suspensions de la Jag ?

Il fallait écrire une nouvelle « noire » avec ces 10 mots « avril », « morts »,  »traces », « love », « zulu », « Anaisthêsia », « saturne », « mur », « dernier » , « quais ». Elle ne devra pas dépasser 6.000 signes (espaces compris).

Bises à tous 😉

Publicités

49 réflexions au sujet de « Traboule avec Soène – le prix Agostino-Quai du polar »

  1. Bravo Val, c’est énooooorme mais amplement mérité !!!!! En une phrase à peine à la fin, tu donnes le ton, le la, tu es trop forte ! Je le savais, j’en étais sûre mais tu peux être fière de toi ! Oui je sais ce que ça fait quand on reçoit un mail après un concours même quand on n’est pas le 1er !!! On vit un peu sur une autre planète, on a du mal à réaliser ! 😆
    Le Prix Agostino est une sacrée reconnaissance, alors je n’aurais qu’un mot : continue et surtout envoie tout ce que tu as en stock à des maisons d’éditions !!! Bises et encore bravo !

  2. Haaa j’ai perdu mon commentaire je recommence.
    Tu dois savoir que je n’aime pas les polars mais j’ai imprimé ta nouvelle et je la lirai à tête reposée donc ce week-end. Je te dirai en off ce que je ressens et ce que j’en pense.
    Bravo, je suis hyper content pour toi, cette info sauve ma journée en plus.
    C’est qui qui a raison hein? Depuis quand je te dis que tu peux arriver à publier Val? Tu sais que je ne le dis qu’à Isa et toi même si les raisons ne sont pas les mêmes ni le style ni rien.
    Tu as le don de l’écriture, tu sais jouer avec les mots, imaginer, entraîner le lecteur dans ta fantaisie…et s’il te plait, ne me dis pas que c’est pas le moment, que tu n’as pas le temps, bref ne fuis pas si tu as envie d’essayer de publier. Persévère et quand tu as un écrit possible, fonce…gros bisous Val et bravo encore !

  3. Bravo ! Ce n’est pas étonnant tu es toujours pleine d’imagination et tu nous emmènes chaque fois dans tes histoires. Finalement, tu es la seule a être surprise d’avoir un prix, nous-autres connaissons ton talent, Félicitations Valentyne. Bravo. Bravo. 😉

  4. Coucou,
    Me voilà enfin 😳
    Je suis tout à fait d’accord avec tous les commentateurs ! Et surtout la remarque de Jean-Charles, nous on n’est pas surpris car on connaît ton talent et ton imagination débordante 😆
    C’est incroyable quand même cette belle histoire !
    Bon, je trouve, sur la photo, que j’ai les 2 pattes positionnées comme celles de la jument-zèbre d’Aspho 😆
    Encore Bravo Valentyne et encore Merci pour ce que tu m’as fait vivre le we dernier !
    Gros bisous

  5. Remarquable, d’une concision et d’une efficacité redoutables. Tout ce qu’il faut, complexe du jeune homme, exclusion, rancoeurs familiales, décalage culturel et haines domestiques. Je t’embrasse et te félicite encore. Bravo Val et à bientôt Du côté de Canaan.

  6. Bravo, je viens de féliciter So’N pour son compte rendu de remise des prix et voilà que je découvre ton texte ( je fais le chemin à l’envers ) Il est génial ce texte tu maitrises parfaitement l’état d’esprit ado et ta nouvelle est un vrai régal, dynamisme humour et une chute parfaitement noire.Il faut que tu retrouves du temps pour écrire, c’est évident c’est ton truc.

  7. Ping : LES PLUMES 26 – LES TEXTES EN D ! | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  8. Bravo ! Le prix est bien mérité !

    Ces points de suspension indiquent une suite à suivre à ce prix! Ça c’est sur !
    Bonne continuation Valentyne !
    Ps: On croise les doigts pour la jag…

  9. Congratulations, la jument zébrée ! C’est du grand art !
    Et puis Soene a bien fait de prendre sa retraite, elle la commence bien !
    Quoique Valentyne loin de la scène… Moi je trouve ça plutôt suspect 😉

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s