Une petite page de pub

olivia-desir-histoire
Suite à mon histoire  de la semaine dernière sur le père Noël, j’ai reçu une proposition pour une intervention chez un opérateur de téléphonie mobile (que je ne citerai pas, secret professionnel oblige). La lettre m’indiquait une adresse dans Paris 10ème, rue des petites écuries, un nom de rue qui fleure bon l’odeur de crottin frais comme j’aime.
;
Je me présentai donc ce mercredi à la dite adresse. C’était le branle-bas de combat. Il y avait un monde fou : des caméras et leur cameraman, des photographes, des cascadeurs, des journalistes, des jongleurs de téléphones mobiles, des maquilleuses, des vendeurs de hot-dog, des badauds et des curieux. En bref une expérience sensorielle comme j’en ai peu connu!
,
Je fus accueillie par une charmante jeune femme avec une robe trapèze ultra courte qui m’a très gentiment expliqué mon rôle. J’allais être « conseillère technique animalière » pour la scène avec le cheval. Je me voyais déjà non pas en haut de l’affiche mais au moins comparée à Mario Luraschi voire à Bartabas. J’ai eu tout de suite le coup de foudre pour le cheval en question. Il était de la blancheur d’un cygne, une ossature à la fois robuste et légère, une robe lisse et bien brossée. Il avait un peu été déguisé en licorne pour les besoin du film…. Une pure merveille. Je lui ai chuchoté à l’oreille  : « Comment t’appelles tu ? « 
Il n’a pas eu le temps de répondre que la scripte me prévenait que le cheval était un peu dur de la feuille et n’en faisait qu’à sa tête, son comportement était celui d’un trouble-fête : il avait déjà mis par terre trois cascadeurs….. d’où la nécessité d’un dresseur et il s’appelait Canson de la Papeterie.
Son museau était plus doux que du papier de soie justement et nous avons commencé une grande discussion (j’ai bien vu qu’il avait un type légèrement asiatique, le Canson,  et je parle couramment japoney)
,
A un moment, un homme  a hurlé dans un mégaphone que c’était l’heure de la séance avec le bourrin.
Là je me suis dit que c’était normal que le cheval se soit vexé. S’entendre appeler « Bourrin » cela vous plairait à vous ? Alors que Canson avait l’air motivé et prêt à se plier en quatre pour tourner cette pub !
,
Je me suis approchée d’Aldo,le cascadeur, que j’avais vu faire des acrobaties, juste avant sur la fusée, et j’ai écouté attentivement les consignes.
Le chef opérateur disait : « On fait d’abord un plan large et ensuite on zoome ! toi, Valentyne, il faut juste que tu fasses galoper le cheval au bon moment (pour cela j’avais hérité d’une botte de carottes à lui agiter sous le nez avec une sorte de canne à pêche télescopique (on ne la voit pas sur la photo, quel prodige ils ont réalisé en postprod quand même)
Le chef de plateau a poursuivi : « A un moment on va mettre les gaz et il faudra donner l’illusion d’un galop aérien. Tu as tout compris ? Il faut le stimuler à la fois avec la voix et avec les carottes »
?
J’ai hoché la tête et Canson de La Papeterie aussi pour prouver qu’on était complices.
Aldo, le cascadeur, avait l’air un peu démoniaque avec son déguisement de  rouge et bleu en strass, mais je crois que c’est juste parce qu’il a plus l’habitude de chevaucher des fusées que des chevaux……
D’un bond, Aldo est monté sur Canson à califourchon. J’ai agité mes carottes comme une pom-pom girl pour mettre Canson au galop. Il a été très coopératif jusqu’au moment où le cascadeur a un peu reculé (pas terrible au niveau de l’assiette ce monsieur) et c’est là que Canson a craqué : le poids du cascadeur a du lui froisser un muscle à moins que ce ne soient les flammes de la fusée qui lui ont chamboulé son imagination fertile. Je ne vois que cela pour transformer un cheval si calme en furie déchaînée. Canson a rué comme un cheval de rodéo et Aldo a fait un très joli vol plané ; il est tombé dans un bac d’orangers avec un grand craaaaaaaaaaac. Je me suis retrouvée également les 4 fers en l’air dans l’affaire .
?

J’ai entendu le cascadeur reprendre ses esprits et  grogner en recrachant ses dents : « où la la la la donn…..moi un …..asme ! »  Je me demandais bien ce qu’il voulait ce pauvre homme sans dents? un ectoplasme? un orgasme? Un phasme?

?
Le temps que je me redresse et reconnecte mes neurones,  j’ai enfin compris. il voulait un cataplasme sur ses plaies et bosses ! alors j’ai essayé de lui rendre service en attendant l’arrivée des pompiers….
Et Canson me direz vous qu’est il devenu ?
Je ne sais pas: la dernière fois que je l’ai  vu il trottinait sur les toits de Paris comme un équilibriste !
RP-orange-Noel
RP-orange-Noel3
 Les mots collectés par Olivia
 
orgasme – sensoriel – stimuler – imagination – histoire – comportement – trouble – démoniaque – (à) califourchon – acrobatie – trapèze – équilibriste – jongleur – large
 
Publicités

26 réflexions au sujet de « Une petite page de pub »

  1. Ping : La rencontres des apparences III | Olivia Billington

  2. C’est certain, Bartabas est un as ! 😉 J’espère que tu pourras nous traduire le japoney quand l’occasion se présentera. 😀 Ton texte est drôle et original, comme toujours. 😀
    Joyeuses fêtes ! 😀

    • Coucou Cériat
      le Japoney étant une langue exclusivement orale , peu de risque que je traduise un texte mais une interview de Canson de la Papeterie pourquoi pas 🙂
      Bonnes fêtes à toi aussi 🙂

  3. Ping : Petit lexique des mots inventés | Les facéties de Ceriat

  4. Joli texte ! J’ai bien rigolé. moi aussi je veux apprendre le Japoney 😀 J’espère que Canson de la Papeterie se fait à la vie aérienne parisienne et que les oiseaux lui ramènent des granulés.

  5. Ping : Magic….. | La jument verte

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s