Le premier homme – Albert Camus

LE PREMIER HOMMEIMG

Ce roman, inachevé, a été écrit en 1960. Albert Camus est mort dans un accident de voiture avant d’avoir pu le finir. Sa fille a choisi de le faire éditer tel que en 1994 (avec des notes, des renvois de pages, des mots entre crochets car illisibles)

C’est un formidable document à la fois sur la vie (et surtout l’enfance) d’Albert Camus et aussi son processus d’écriture. Les notes de bas de page et les annexes m’ont autant intéressée que le roman en lui même.

C’est un superbe hommage de l’auteur à son père (qu’il n’a pas connu car celui ci est mort dans les tranchées de la guerre 14 -18 alors qu’Albert n’était qu’un bébé), un hommage à sa mère à moitié sourde, à sa grand mère, à son oncle……et aussi à Mr Germain, instituteur qui lui donne confiance en lui et lui transmet aussi le goût d’apprendre.

D’une famille très pauvre à Alger, grâce aux siens et à Monsieur Germain, Jacques parvient à aller au lycée……Il nous raconte la misère, le soleil d’Alger, les copains, les bagarres, le foot ;;;;..et nous fait part de ses interrogations sur ce père qu’il voudrait tant connaître et qu ‘il cherche à rencontrer dans les souvenirs de ses contemporains ..mais quarante ans après plus aucune trace de lui….

Il a été très difficile de choisir un passage parmi la dizaine que j’ai notée :

C’est à ce moment qu’il lut sur la tombe la date de naissance de son père, dont il découvrit à l’occasion qu’il l’ignorait. Puis il lut les deux dates « 1885-1914 » et fit un calcul machinal : vingt-neuf ans. Soudain une idée le frappa qui l’ébranla jusque dans son corps. Il avait quarante ans. L’homme enterré sous cette dalle , et qui avait été son père, était plus jeune que lui.
Et le flot de tendresse et de pitié qui d’un coup vint lui emplir le coeur n’était pas le mouvement d’âme qui porte le fils vers le souvenir du père disparu, mais la compassion bouleversée qu’un homme fait ressent devant l’enfant injustement assassiné – quelque chose ici n’était pas l’ordre naturel et à vrai dire, il n’y avait pas d’ordre mais seulement folie et chaos là où le fils était plus âgé que le père. La suite du temps lui-même se fracassait autour de lui immobile, entre ces tombes qu’il ne voyait plus, et les années cessaient de s’ordonner suivant ce grand fleuve qui coule vers sa fin. (P 34)

Livre lu dans le cadre de la LC autour d’Albert Camus organisé par Denis du blog Bonheur de lire

J’ai choisi ce livre par curiosité suite à une remarque d’un collègue qui m’a dit avoir abandonné sa lecture du fait que le roman soit inachevé : « écriture lourde où il manque de la ponctuation, pas très construit…. »

Je n’ai pas du tout ressenti cette « lourdeur » ….. un livre magnifique sur l’enfance mais aussi les réflexions d’un homme mûr.

Je le recommande

Publicités

6 réflexions au sujet de « Le premier homme – Albert Camus »

  1. Hello Valentyne,
    As-tu remarqué que Google fête le 100e Anniversaire d’Albert Camus ?
    Je reviendrai plus longuement chez toi, je t’ai un petit peu abandonnée ces derniers temps…
    Gros bisous d’O. dans l’entre temps 😉

  2. J’ai vu La Grande Librairie spécial Camus et cela m’a donné envie d’essayer de le lire mais plutôt l’Etranger pour une découverte de cet auteur.

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s