Raymond Queneau – Courir les rues

Le garde national 

Décidément on ne peut plus se promener
on risque tout le temps de se faire écraser
y’a rien qui aille plus vite qu’un cabriolet
les chevaux courent on les croirait tous emballés
on ne sait même plus où se réfugier
bientôt il n’y aura plus de piétons
voilà ce qu’on disait sous la Restauration
.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Publicités

2 réflexions au sujet de « Raymond Queneau – Courir les rues »

    • tu as l’œil Mind pour la poésie (effectivement j’en prends plus à la bibli en ce moment 😉
      J’aime bien ce rendez vous du jeudi où on peut mettre une citation juste comme cela sans commentaires pour voir les réactions 😉
      Bises

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s